SociétéChroniquesChroniques-Société

Signes des Temps, #227 – Le 8 mai tombe un 14 juillet

 

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

C’est une routine des jours fériés à connotation militaire : le défilé des bus et des voitures interrompu par un défilé en armes à proximité de la Place Anatole France de Tours. On ne piétonnise pas pour une question d’écologie, d’apaisement urbain ou pour organiser un concert mais pour la gloire des uniformes, des médailles et du drapeau tricolore.

En 2020 à Tours, le faste républicain habituel a été réduit pour cause de crise sanitaire et de coronavirus qui rôde tel un ennemi caché derrière le buisson. Pas de cohorte militaire avec véhicules kaki, pas de passage d’avions de chasse dans le ciel, pas de public massé derrière les barrières. Service minimum comme on dirait dans le jargon des transports en commun.

A ce propos, de passage à l’arrêt de bus du coin on repère l’annonce de l’événement et des perturbations qu’il entraîne. Nom de Zeus ! On se frotte les yeux pour vérifier que ce n’est pas un rêve. Mais non, à en croire cette affiche, la guerre mondiale de 39-45, deuxième du nom, a bien duré deux mois et 6 jours de plus que ce qu’on nous a enseigné à l’école. Alors que jusqu’ici on se persuadait que le 14 juillet chômé nous venait des événements de la fin du XVIIIe siècle, c’est un sacré chamboulement. Même Lorànt Deutsch n’aurait pas osé !

Morale de l’anecdote : même si le recyclage est dans l’air du temps, le copier-coller est à consommer avec modération.


Un degré en plus :

Pour découvrir toute la collection des Signes des Temps cliquez ici.

Print Friendly, PDF & Email