SociétéChroniquesChroniques-Société

Signes des Temps #224 : Indiscipline

 

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

Un jour, un homme élu président de la République française a parlé de son peuple et insisté lourdement sur ses tendances « réfractaires ». Nous aurions du mal à respecter les règles, tant et si bien qu’il faut sans cesse nous guider voire nous contraindre pour que le monde aille dans le « bon » sens.

Exemple en ces temps où la distance entre être humains est conseillée pour éviter la propagation d’un coronavirus nommé Covid : certains quais du tram de Tours se sont vus affublés de traits de peinture supplémentaires dans le but d’indiquer aux voyageuses et voyageurs l’emplacement idéal avant de monter dans la rame (Buren appréciera sans doute les petites flèches qui recouvrent ses motifs déjà maltraités par le temps).

Si vous prenez ponctuellement le métro parisien, vous avez peut-être déjà vu des pictogrammes semblables (coucou la ligne 13). Leur objectif initial est d’inciter les usagers de la RATP à laisser les gens sortir du métro avant d’y monter. Après l’avocado toast, la glace au yoghourt et le tote bag, une nouvelle mode descend de la capitale vers Tours. Le mode d’emploi, le voici : on attend l’ouverture des portes derrière la ligne et on avance uniquement quand plus personne ne cherche à quitter le tramway. Simple, basique.

C’était donc sans compter sur les réfractaires, les pressés et les oppressés des normes. Celles et ceux qui veulent vivre au moins un instant à contresens. De l’égoïsme ? Toute personne contrainte de forcer le passage pour cause de présence humaine dans l’encablure de la porte est en droit de le penser. Est-ce grave ? Rapport au réchauffement climatique ou à la façon dont Marion Cotillard meurt dans Batman, non. Mais c’est gênant. Agir à contre-courant dans le but de pousser la collectivité à se remettre en question, c’est intéressant. Le faire pour son confort personnel – même de façon inconsciente – risque uniquement de créer des échanges colériques synonymes de sécrétion abondante de postillons. Et là, ce n’est pas trop le moment.


Un degré en plus :

Pour découvrir toute la collection des Signes des Temps cliquez ici.

Print Friendly, PDF & Email