SociétéChroniquesChroniques-Société

Signes des Temps, #219 : Les premières fleurs

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

Nous sommes dans la 2e quinzaine du mois de février et on voit déjà des arbres en fleur de partout. C’est beau mais les agriculteurs et professionnels du vin flippent de subir le gel fin mars ou début avril, ce qui pourrait anéantir leurs récoltes. Quant aux écologistes profitent de l’occasion pour dire haut et fort « regardez, la Terre se réchauffe ».

Mais bon… A trop se concentrer sur des enjeux économiques et politiques, on en oublie l’essentiel : ces fleurs arrivent trop tard. Trop tard pour la Saint-Valentin ! Si demain on peut offrir des fleurs de cerisier le 14 février, fini les roses importées du Kenya et grand geste pour l’environnement. Demain, faire livrer des bouquets de fleurs de magnolia dès le milieu de l’hiver sera sans doute le projet d’une startup qui surfera avant tout le monde sur une nouvelle tendance. Quelques temps plus tard, le guide Michelin encensera ces restaurants qui proposent le pot-au-feu sauce lilas comme « plat de saison » en janvier. L’hiver aura disparu et on cessera – enfin – de nous bassiner avec les reportages sur la luminothérapie pour garder bonne mine après Noël.

Voilà où est le véritable enjeu du moral des ménages : il faut que les fleurs arrivent plus tôt. Pourquoi pas début novembre, sitôt les dernières feuilles tombées ? N’ayez pas peur de sursolliciter les arbres ! S’ils se tuent au travail les politiques en replanteront 1 par naissance, 2 par mariage et 100 000 pour chaque victoire de la France en Coupe du Monde de football (que ce soient les hommes ou les femmes, parce qu’ils auront enfin compris le concept de parité réelle). Plus d’arbres, plus de bonnes odeurs dans nos rues, plus de chats coincés dans les branches, plus de cabanes pour les enfants et de nids pour les oiseaux : en voilà un programme. Le pouvoir aux fleurs aurait pu dire la chanson. Même si elles n’ont rien demandé.


Un degré en plus :

Pour découvrir toute la collection des Signes des Temps cliquez ici.

Print Friendly, PDF & Email