SociétéChroniquesChroniques-Société

Signes des Temps, #212 : Mes beaux sapins

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

A l’étranger, on dépeint souvent les Français comme des êtres étonnants qui se trimballent avec une baguette sous le bras matin, midi et soir. A Noël, ces derniers troquent le pain pour le sapin (appréciez la rime). Arraché à sa forêt, le conifère prend place dans un foyer, se voit affublé de boules et de guirlandes avant d’être maltraité par le chat et – au mieux – de finir dans un sac à sapin au profit de Handicap International ; au pire, déposé à l’arrache sur un trottoir comme s’il allait y prendre racine (la magie de Noël, tout ça, tout ça).

Le sapin, c’est le plaisir éphémère par excellence. Certes il dure un peu plus longtemps qu’une nuit d’amour mais je mets au défi quiconque d’essayer de lui faire conserver sa dignité 7 semaines de plus, soit de ne pas le larguer avant la Saint-Valentin. Le sapin n’est que de passage, il apporte un peu de lumière aux journées les plus sombres de l’année (rien à voir avec les grèves, juste qu’il fait nuit tôt). Dès que le crépuscule s’allonge, il perd de son intérêt.

Néanmoins, depuis l’accélération de la société de consommation, l’arbre de Noël parvient souvent à subsister plus longtemps au salon que certains cadeaux déposés à son pied le 24 au soir, revendus illico sur Le Bon Coin le 25.

En regardant la télévision ce week-end, on apprenait qu’une branche de sapin déposée dans une casserole pleine d’eau bouillante et de légumes parfumait idéalement un plat. En fouinant sur le web, on admire les faux sapins en bois de palettes ou chutes de parquet qui pourront être réutilisés l’année prochaine (garantis sans plastique, à l’inverse des sapins artificiels déjà moches le jour où on les déballe). Enfin, en pénétrant chez les fleuristes, on constate chaque année que quelques heures avant Noël il reste encore de nombreux sapins invendus, coupés pour rien. A moins que…

Il parait que le parlement a voté une loi interdisant la destruction des invendus. En théorie cela concerne aussi les sapins de Noël. Autant dire que Brune Poirson – secrétaire d’Etat en charge du dossier – va se retrouver avec un sacré paquet de résineux devant son ministère : de quoi cuisiner de bons bouillons jusqu’en 2022 !


Un degré en plus :

Pour découvrir toute la collection des Signes des Temps cliquez ici. Et si vous aimez cette chronique, retrouvez une compilation des plus belles proses de ses 3 premières années dans un livre paru chez les Éditions Sutton. En vente dans toutes les bonnes libraires 😉

Print Friendly, PDF & Email