SociétéChroniquesChroniques-Société

Signes des Temps, #203 : empiéter sur la nature

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

Est-ce un signe qu’il est grand temps de prolonger la ligne A du tram de Tours de 800m à coups de millions d’€ ? Ou peut-être la preuve que les vols low cost ont vraiment plus de succès auprès des Tourangeaux que des touristes étrangers qu’ils sont censés déposer en bord de Loire ?

Bien souvent, le parking de l’aéroport de Tours déborde. Les voyageurs occasionnels ne le savent pas forcément mais les habitués commencent à être au courant. Plutôt que de laisser leur voiture ailleurs, venir en transport en commun jusqu’à Vaucanson et marcher 10 minutes avec leur valise à roulettes (on a chronométré) ils préfèrent se garer en plein milieu de l’herbe, et tant pis pour la verdure dans ce coin paradoxal de l’agglomération où le boucan des avions + le kérosène qu’ils rejettent en masse côtoient un marécage où l’on entend grouiller les batraciens.

Flemme du petit effort, arrivée massive de voyageurs extérieurs à l’agglo (donc dépourvus de transports en commun efficaces) ou manque d’anticipation ? On ne saura jamais vraiment ce qui a amené ces voitures jusque-là. On imagine néanmoins que la décision d’écraser les brins d’herbe avec les roues s’est prise après deux ou trois tours de parking, quelques jurons, et le constat que, non, vraiment, il n’y avait pas d’autre solution. Bétonner ces espaces verts n’en serait pas forcément une non plus même si ça peut potentiellement arriver le jour où la Métropole mènera à bien son projet de développement de zone économique avec hôtels ou encore gare routière. Alors on plantera de nouveaux arbres pour remplacer les anciens.

Certains jurent qu’on a vraiment besoin de faire un gros projet dans ce coin de l’agglo, d’autres que c’est une hérésie. Dur de trancher entre l’envie de voyager facilement, de développer l’emploi et de nouveaux services ou alors de repenser un ancien secteur militaire différemment qu’avec la convocation des géants du BTP. Un débat d’actualité passionnant avec des enjeux d’avenir bien plus lourds que l’humble existence de nos frêles brins d’herbe, jeunes pousses semblant avoir été écrabouillées sans scrupule alors qu’elles venaient de reverdir grâce aux premières pluies d’automne.


Un degré en plus :

Pour découvrir toute la collection des Signes des Temps cliquez ici. Et si vous aimez cette chronique, retrouvez une compilation des plus belles proses de ses 3 premières années dans un livre paru chez les Éditions Sutton. En vente dans toutes les bonnes libraires 😉

Print Friendly, PDF & Email