SociétéChroniquesChroniques-Société

Signes des Temps, #193 : le messager urbain

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

On connaissait « Attention chient méchant », « Sonnez avant d’entrer » ou encore « Stop pub » : autant de messages qui sonnent comme des avertissements ou des consignes à l’entrée des maisons et des immeubles de Touraine. Il faut bien avouer que celui-ci est assez inédit… Décortiquons-le ensemble…

« Je me gare devant mon garage pour laisser une place libre » nous avertit le panneau. Comprenez : « Coucou la police municipale ! Si vous passez par ici, ne me mettez pas de PV sinon je vais m’énerver tout rouge » mais aussi « Vous avez vu les voisins ? J’ai la flemme de faire une manœuvre pour me garer dans mon garage mais je ne vous pique pas une place ailleurs dans la rue, je me mets juste devant pour vous en laisser. » Merci, c’est bien urbain.

Mais comment vérifier que la voiture stationnant devant ladite porte est bien celle des propriétaires ? A première vue, pas d’indice pour nous l’indiquer. Même pas la plaque d’immatriculation inscrite à la craie, encore moins une trace de peinture de carrosserie laissée au cours d’une entrée ou d’une sortie ratée. Il suffirait d’une personne un peu agacée de faire le tour du quartier un jour de marché pour une usurpation soudaine de place de parking.

C’est là qu’intervient la deuxième partie du message : « Merci de respecter le marquage au sol ». On est clairement face à quelqu’un très à cheval sur les règles, le doigt sur la couture du pantalon. Ce genre d’individu capable de taper un scandale parce qu’une voiture toute neuve est garée à cheval sur deux places de parking au supermarché (raison la plus courante : éviter une rayure provoquée par une ouverture de portière trop violente). Sans trop se la jouer psychanalyste, une telle missive doit cacher de nombreux ruminements devant des véhicules en vrac.

En déduction, voici ce qu’il faut comprendre : « Merci de t’appliquer pour ton créneau, je ne vais pas ressortir toutes les 10 minutes pour pousser ta bagnole et la remettre dans le bon axe. »

Elle doit être sympa la fête des voisins par ici…


Un degré en plus :

Pour découvrir toute la collection des Signes des Temps cliquez ici. Et si vous aimez cette chronique, retrouvez une compilation des plus belles proses de ses 3 premières années dans un livre paru chez les Editions Sutton. En vente dans toutes les bonnes libraires 😉

Print Friendly, PDF & Email