SociétéA la uneChroniques

Signes des Temps #164 : le nœud du problème

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

C’est une histoire comme le monde de 2018 en fabrique à la pelle. Après l’animateur radio créateur d’un objet pour plier sa couette en 2 minutes, le boulanger qui mène désormais à la baguette l’orchestre d’un opéra et la chroniqueuse de télé locale élue députée LREM (deux de ces histoires sont vraies), voici celle du marin devenu chef de chantier.

Son aventure commence un jour de tempête, avec alerte orange de Météo France, directs à la chaîne sur BFMTV et tutti quanti. Pour vous la faire courte : le bateau tangue, et il vomit. Dans le jargon de la Marine, c’est la définition même du burn out. Face à ce tsunami émotionnel, l’homme doit sortir la tête de l’eau au plus vite, remettre le pied à terre et à l’étrier. Changer de vie plus vite qu’un cycle de marée.

Le premier jour, suivant les conseils du nouveau boss de l’ex chronique TV, par ailleurs représentant terrestre de la plus grosse planète du système solaire, il traverse la rue. En l’occurrence l’Avenue de Grammont, à Tours. Coup de chance : il atterrit en plein milieu du chantier de la future auberge de jeunesse. Et là, que voit-il ? Des tuyaux qui pendouillent. Ni une, ni deux : ses réflexes de bord reviennent et il commence à les nouer selon son inspiration : le Nœud Palomar, le Nœud de licou, le Nœud Homer…

Estomaqué par tant de créativité, l’architecte fait immédiatement appel à un spécialiste d’art contemporain qui évalue l’œuvre à 4,6 sur l’échelle de Banksy. Insuffisant pour la vendre aux enchères et financer les travaux du Bateau Ivre mais assez pour figurer à la Une d’un webzine local à la température plus chaude que celle de l’Océan Atlantique après la fonte des glaces. Le marin s’est découvert une nouvelle passion et le journaliste une aventure sympa à mettre en scène. C’est fou tout ce qui peut arriver après une simple gastro.


Un degré en plus :

Pour découvrir toute la collection des Signes des Temps cliquez ici.

Print Friendly, PDF & Email