ChroniquesChroniques-Société

Signes des Temps #110 Vacances d’été : Saint Martin s’éclate en Bretagne !

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées par notre journaliste Laurent Geneix dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

20170811_120257

Des fois tu penses avoir choisi une destination de vacances super originale pour te couper totalement de ton quotidien et puis tu tombes nez à nez avec un Tourangeau que la décence et la politesse t’obligent à saluer et à dire une phrase convenue à la con du style «Ah tiens, vous êtes là, vous aussi !» (ce qui comme chacun le sait est l’antichambre d’une série de Pastis-pétanque au camping des Flots Bleus). Et puis, des fois tu tombes sur une star de la télé, un acteur, un politicien ou un chanteur.

Moi cet été je suis tombé sur un mélange des deux, Tourangeau et star internationale à la fois : Saint Martin dans une petite chapelle du Morbihan. Mais quand j’ai vu dans quel état il était, je me suis dit que l’accueil touristique breton légendaire n’était plus ce qu’il était.

Rarement l’emploi du conditionnel ne m’aura autant laissé perplexe. «Serait à restaurer», comment il faut le prendre ? «Eventuellement, si vous vous emmerdez pendant vos vacances, allez-y, faites-vous plaisir» ? «Mais on peut aussi le laisser comme ça ou finir par le balancer à la benne» ?

Ou alors ce que j’ai pris pour un cartel destiné aux visiteurs était en fait une petite note interne à l’intention de restaurateurs à venir ?

Je savais les Bretons tatillons sur leur culture, leur langue et leur désir d’indépendance, mais de là à découper notre mascotte en morceaux et de l’exposer ainsi au regard du commun des mortels en laissant supposer par une phrase malheureuse qu’il pourrait très bien rester comme ça indéfiniment, les bras (le buste et la tête) m’en tombent.

Pour tout vous dire, j’ai failli l’embarquer dans mon coffre pour le rapporter aux urgences de Trousseau, mais j’avais plage donc mon instinct de touriste primaire l’a finalement emporté. Promis, l’an prochain je retourne au même endroit pour prendre de ses nouvelles.

Un degré en plus

> Retrouvez toute la collection des «Signes des Temps» en cliquant ici.

Print Friendly, PDF & Email