L'actualité Tourangelle à la bonne température
ChroniquesChroniques-Société

Signes des Temps #102 Pont Wilson fermé ouvert.

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées par notre journaliste Laurent Geneix dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

20170603_135306

Pas besoin d’un Master de Linguistique pour le savoir : la langue en dit souvent bien plus qu’on ne le voudrait. Et on ne parle pas ici des lapsus, mais bien des mots pesés, vérifiés, validés et imprimés. Et diffusés parfois pendant des années sans que personne (sauf le linguiste chiant qui écrit un courrier de dix pages aux autorités) ne s’en offusque.

Ainsi cet étonnant «pont fermé» à l’entrée nord du Pont Wilson ce samedi, modification de la circulation automobile pour permettre à ces salauds de cyclistes qui pourrissent le quotidien des automobilistes et des piétons de faire leur Fête du Vélo, manifestation qui est un peu au vélo ce que la Journée de la Femme est à la femme : l’occasion de se donner bonne conscience en faisant semblant de s’intéresser à un truc un jour par an alors qu’on s’en tamponne les 364 autres jours de l’année.

Bref, étonnant de voir cette inscription (ne précisant pas «fermé aux voitures») alors que le pont était bien ouvert aux transports dits doux (piétons, vélos, skateboards, trottinettes, tapis volants…), et au tramway. Expression tronquée que l’on retrouve relayée dans les conversations des Tourangeaux «Ah t’as vu, le Pont Wilson est fermé samedi !». Qui trahit la place de la voiture dans nos vies urbaines, tellement énorme que beaucoup ne semblent même plus la voir et l’ont intégré dans leur langage courant.

Un lieu interdit aux voitures est donc un lieu interdit tout court, une rue piétonne est donc un truc qui n’existe pas vraiment et ne parlons pas d’un quartier entier inaccessible en bagnole : c’est le village d’Astérix, un truc qui rend fou les affolés du volant, et on ne parle pas ici des passionnés de vieilles voitures ni des pilotes de F1, mais bien des grosses limaces qui ne savent même plus faire 500m sans leur voiture.

Le Pont Wilson était donc bien ouvert ce samedi 3 juin 2017 et même bien plus ouvert que d’habitude : ouvert au silence et à la rêverie, ouvert à l’air pur et à la décontraction, ouvert au rêve d’une ville plus paisible et moins stressée.

Un degré en plus

> Retrouvez toute la collection des «Signes des Temps» en cliquant ici.