Rencontre avec Juan Rodriguez, créateur du jeu « Les Poilus ».

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Les copains d’abord

Avant de partir à Cannes pour le festival international des jeux, Juan Rodriguez nous a reçu chez lui à Tours, pour nous présenter sa dernière création, un jeu coopératif : « Les Poilus. L’amitié plus forte que la guerre ? ». Pour ce créateur de jeux de rôles et de société parmi lesquels on retrouve « Tic Tac Boum » ou « Elixir », « Les Poilus » tiendra une place à part, avec une dimension symbolique supplémentaire.

IMG_9763

Un jeu sur le quotidien des soldats

En plein centenaire de la Première Guerre Mondiale, « Les Poilus » est un jeu qui n’aborde pas les batailles, prévient Juan Rodriguez. Ce jeu dont il est co-auteur avec Fabien Riffaud, aborde en effet la guerre à travers le quotidien des soldats. « Nous avons voulu faire un jeu sur la guerre de 1914 parce que ce n’est pas possible normalement de jouer avec ce sujet » explique Juan Rodriguez. Il y a un an et demi avec Fabien Riffaud, ils commencent ainsi à réfléchir à un jeu autour de la Première Guerre Mondiale. Après un premier essai autour d’un jeu de batailles, ils changent le zoom pour arriver à un jeu qui évoque la vie des tranchées. « Les Poilus » est ainsi un jeu qui, sans jamais aborder l’aspect guerrier, propose d’éprouver une partie des difficultés subies par les soldats des tranchées :

« Les joueurs prendront le rôle d’un groupe d’amis français mobilisés en même temps. Ils devront se soutenir les uns et les autres pour survivre aux funestes événements. C’est un jeu sur la vie des tranchées avec comme but d’aider les copains, d’influer sur leur réserve de moral, de les aider dans les missions… On voulait un message, parler du quotidien, des appréhensions, du traumatisme, des difficultés des soldats. On a donc zoomé sur un petit groupe de soldats. Dans le jeu ce qu’on aime bien c’est le terme « société ». Dans nos créations, l’interaction prime. C’est primordial, c’est ce qu’on cherche dès le départ ».

IMG_9773

Une idée qui n’a pas tout de suite convaincu les éditeurs, nous raconte Juan Rodriguez. Présenté l’an passé à Cannes, « Les Poilus » séduit les éditeurs mais ces derniers se montrent réticents à l’idée de le commercialiser. Il faudra quelques mois supplémentaires pour trouver un éditeur, au hasard de retrouvailles avec un ancien collègue, nous raconte l’auteur :

« J’ai rencontré sur un salon Didier Jacobé, éditeur d’une petite maison d’édition « Sweet Games » qui fait surtout des jeux pour enfants et qui a une mini-gamme adultes. On avait travaillé ensemble il y a 30 ans. Il s’est montré intéressé par ce jeu avec l’idée de le présenter pour le festival de Cannes 2015. Nous étions mi-septembre, il a fallu enclencher le compte à rebours ».

IMG_9764

Un jeu illustré par Tignous

Un histoire de copains retrouvés à écouter Juan Rodriguez, une histoire qui a par ailleurs pris une dimension dramatique en janvier dernier. Juan Rodriguez nous explique en effet qu’à la recherche d’un illustrateur, lui-même ancien graphiste ayant travaillé pendant 10 ans à Charlie Hebdo, il se tourne vers Tignous, un autre copain. Ce dernier accepte d’illustrer « Les Poilus ». L’émotion est encore présente quand il aborde ce passage, celui de la collaboration de Tignous, une des victimes des attentats du 7 janvier dans les locaux de Charlie Hebdo :

« Un copain de longue date, il nous a envoyé les derniers dessins les 29 décembre, tout était parti à l’imprimeur quand les attentats ont eu lieu. Avec Chloé, son épouse, on s’est demandé s’il fallait continuer. Elle était d’accord avec nous pour dire que ne pas continuer cela aurait été trahir sa mémoire. Le respect c’est de continuer et de faire ce qu’ils auraient voulu. Ne pas céder, ne pas se laisser arrêter par ceux qui veulent qu’on arrête justement. Il a fallu travailler dans l’émotion, la douleur ».

IMG_9785

Une tragédie qui fait prendre un autre sens également à ce jeu :

« Le sous-titre est aussi important que le titre. Avec ce qui est arrivé « L’amitié plus forte que la guerre ? » devient un peu « L’amitié plus forte que la mort ? ». Ce jeu est un truc d’amitié, tous ceux qui y ont collaboré de près ou de loin sont des copains ».

IMG_9777

Au festival international des jeux de Cannes, en ouverture de la remise des prix, un hommage sera d’ailleurs rendu à leur copain Tignous, via un focus sur « Les Poilus », ce jeu fait entre copains qui entend mettre en avant l’esprit de solidarité et de camaraderie. Tout un symbole.

Un degré en plus

> Les Poilus de Juan Rodriguez et Fabien Riffaud aux éditions Sweet Games sera disponible à partir du 07 Mars. A retrouver en tout logique à Tours chez Sortilèges et à La Règle du Jeu.

Crédits photos : Mathieu Giua pour 37°

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Filbleu