SociétéChroniquesChroniques-Société

[On aurait pu vous en parler] Les tests Covid salivaires dans les écoles

Nos boîtes mail débordent ! Chaque semaine nous recevons des dizaines d’invitations pour relayer des événements forcément incontournables. Certains reviennent carrément tous les ans, au risque pour nous d’écrire quasiment la même chose d’une fois sur l’autre. En plus de ça, il faut bien dormir. Cette année, c’est décidé : nous ne pourrons pas être partout ! Et tant pis si cela crée des frustrations. Cela dit, nous avons trouvé LA solution : relater une fois par semaine des actualités tourangelles sans bouger du bureau, avec une petite dose de mauvaise foi.

En à peu près un an, crise sanitaire oblige, plusieurs millions de personnes ont découvert l’étendue de la profondeur de leur nez. Juste avant, voici les deux phrases qui ont traversé leur esprit : « Non mais c’est beaucoup trop long ! Ça ne va jamais rentrer ! » (Toute similitude avec une déclaration entendue dans un autre contexte serait purement fortuite et involontaire).

Pour toute une génération à qui on apprend à ne pas se curer le nez (au moins en public), le test PCR nasopharyngé constitue purement et simplement une violation de domicile avec effraction. Alors, oui, pas autant que la perspective d’un dépistage rectal pour toute entrée sur le territoire chinois (voilà qui ne va pas faire l’affaire des agences de voyage qui proposeront cette destination à la réouverture des frontières). Tout de même ! La perspective de voir un écouvillon pénétrer une de nos narines a rapidement dépassé la phobie des piqûres dans le palmarès des petits moments pénibles de la vie (qui comprend également des désagréments comme la soudaine désintégration d’un séchoir à linge ou le râteau amoureux).

Comment on va se sortir de là ? Peut-être avec les tests salivaires qui viennent d’arriver dans les établissements scolaires, à commencer par le lycée Descartes de Tours vendredi 12 mars, en attendant d’autres écoles comme l’établissement privé Ste Ursule, des établissements de Chambray-lès-Tours et tout lieu où des cas positifs seront signalés. Cette fois plus question de rentrer un coton-tige XXL à l’intérieur du corps, les enfants doivent expulser de la bile dans un gobelet. Dingue ! Le truc pour lequel on te regarde toujours de travers dans la rue ou sur un terrain de sport devient subitement un geste salvateur en termes de santé publique.

Les tests salivaires dans les écoles, on aurait pu vous en parler… mais on en a vraiment marre des paradoxes de cette pandémie.