• CDNT
  • CDNT

[On aurait pu vous en parler] Le lancement de la marque « C du Centre »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Nos boîtes mail débordent ! Chaque semaine nous recevons des dizaines d’invitations pour relayer des événements forcément incontournables. Certains reviennent carrément tous les ans, au risque pour nous d’écrire quasiment la même chose d’une fois sur l’autre. En plus de ça, il faut bien dormir. Cette année, c’est décidé : nous ne pourrons pas être partout ! Et tant pis si cela crée des frustrations. Cela dit, nous avons trouvé LA solution : relater une fois par semaine des actualités tourangelles sans bouger du bureau, avec une petite dose de mauvaise foi.

 

Vous connaissez sans doute le label AB pour un produit bio, le logo Produit de l’Année comme argument marketing pour encourager des nouveautés, la distinction IGP ou Label Rouge pour indiquer le respect d’un cahier des charges strict ou encore les macarons signifiant l’obtention d’une médaille au concours général agricole… Dans les rayons, c’est la course pour attirer l’œil de la clientèle. Les couleurs criardes, les autocollants « Nouveau » ou « 3 pour 2 » ça ne suffit plus. Désormais, on voit se multiplier ces petits pictogrammes bien en évidence sur les étiquettes, sans oublier des mentions comme « Sans gluten », « Blé cultivé en France » ou – celui-ci on l’adore – « Conditionné en France », ce qui veut dire que ton produit vient probablement du bout du monde mais t’inquiète, il a été empaqueté dans une usine de la Meuse (au passage, rien ne dit que le plastique de l’emballage vient de France).

C’est tellement la jungle aux logos que, si ça continue, les étiquettes de nos produits vont ressembler aux murs de marques derrière les joueurs de foot en conférence de presse !

Trop de zigouigouis pour inciter à l’achat impulsif et en voici un de plus : à partir de janvier, la région Centre-Val de Loire nous promet l’apparition progressive du macaron « C du Centre » sur la charcuterie, les gâteaux, les fromages, les bières voire le vin (au cas où vous ne sauriez pas que le Sainte-Maure-de-Touraine, les rillettes de Tours ou le Vouvray sont des produits du coin). Lancée à grand renfort de communication avec une affiche Jean-Pierre Pernault compatible, « C du Centre » se veut « la marque de nos paysages, la garantie de nos savoir-faire » en imposant au moins 50% de produits locaux dans la composition.

Pour la Couronne Lochoise, le porc roi rose et les lentilles du Berry ça ne devrait pas poser trop de problèmes… Tout cela est surtout pensé pour les transformateurs, par exemple une entreprise qui fabrique des gâteaux au chocolat peut se présenter avec le label « C du Centre » si au moins la moitié des composants de sa recette provient de la région (mais pas le chocolat, car on n’a pas encore trouvé la tactique pour faire pousser des cacaoyers dans le Chinonais). Chaque dossier sera étudié par une commission avant validation pour éviter les abus (il est également demandé de limiter les additifs alimentaires et de restreindre l’impact écologique des produits).

Mais au fait, ça n’existait pas déjà « C du Centre » ? Et si ! Depuis 2014, cette « signature » avait pour ambition de fédérer les agriculteurs et entreprises agroalimentaires de la région pour « mettre en valeur les richesses de la région Centre-Val de Loire » comme l’explique son site Internet où l’on trouve notamment des recettes à base de produits régionaux. Le conseil régional s’engage donc dans la relance d’un projet sans doute un peu endormi. On aurait pu vous en parler – les objectifs sont louables – mais ça reste avant tout du marketing. A-t-on vraiment besoin d’une nouvelle marque quand on pourrait encourager les entreprises à s’engager vers les démarches qui existent déjà ? Au hasard, des gâteaux aux céréales bio avec du chocolat issu du commerce équitable.

Eh oui : ce n’est pas parce que ça vient de chez nous que c’est irréprochable.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !