SociétéChroniquesChroniques-Société

[On aurait pu vous en parler] La ville de Tours plante des arbres pour les enfants

Nos boîtes mail débordent ! Chaque semaine nous recevons des dizaines d’invitations à relayer des événements forcément incontournables. Pour beaucoup, ils reviennent tous les ans à la même période, au risque pour nous d’écrire quasiment la même chose d’une fois sur l’autre. En plus de ça, il faut bien dormir. Cette année, c’est décidé : nous ne pourrons pas être partout ! Et tant pis si cela crée des frustrations. Cela dit, nous avons trouvé LA solution : relater une fois par semaine des actualités tourangelles sans bouger du bureau, avec une petite dose de mauvaise foi. Ni paresse, ni méchanceté, juste le besoin de soigner par l’absurde une allergie viscérale aux marronniers.

On aurait donc pu vous parler de cette initiative qui n’a rien de bien nouveau, mais qui semble prendre de plus en plus racine dans les communes françaises. Ainsi, après Saint-Avertin ou Chambray-lès-Tours, la ville de Tours veut planter un arbre pour chaque bébé qui nait et même – attention surenchère ! – deux arbres pour chaque mariage célébré dans la ville. Forcément, on a pris la calculette : à raison de 3 500 naissances par an et près de 400 mariages ça fait environ 4 300 arbres à mettre en terre tous les 12 mois, soit 15% du total des 32 000 arbres présents sur le territoire de la ville.

Ça va en fait des coups de pelle ! Et encore : la municipalité n’a pas inclus les pacs.

Après l’annonce de la fermeture du centre-ville aux voitures une fois par mois, voici donc la dernière idée du maire. Véritable conscience écolo ou occasion rêvée pour verdir son discours à six mois d’une élection municipale qui risque de se jouer en grande partie sur les enjeux écologiques locaux ? Les actes et les projets à venir le diront. Mais soyons honnêtes, à l’heure où la prise de conscience sur le risque climatique devient grand public, on se plaît à imaginer une ville plus verte demain, de voir intégrer des plantations d’arbres et des îlots de verdure dans chaque nouveau projet urbain… Cela changera, car jusqu’à présent, les projets ont toujours plutôt eu l’effet contraire. D’ailleurs, si comme d’autres nous avions relayé ce communiqué de presse, nous aurions été obligés de vous rappeler que – oui – Tours a planté 4 000 arbres en 5 ans et demi. Mais elle en a aussi abattu 1 000, s’offrant parfois des polémiques mais aussi des craintes sur l’avenir comme la perspective d’arbres à couper Boulevard Béranger pour y aménager la deuxième ligne de tram…

On aurait donc pu vous parler de l’enthousiasme de Christophe Bouchet pour cette mesure, se réjouir d’avance de le voir lui-même planter un de ces arbres aux côtés de l’écolo Emmanuel Denis, au cours d’un remake de l’émouvante cérémonie de plantation d’un chêne dans les jardins de la Maison Blanche, quand Emmanuel Macron et Donald Trump jouaient les jardiniers (Spoiler : à la fin le chêne meurt, car il n’a pas été bien entretenu pendant sa quarantaine).

Bref, on n’a pas parlé de cette annonce tombée sans prévenir dans les boîtes mail un samedi après-midi. En revanche, comptez sur nous, on parlera sans doute des cravates en coton bio de nos élus, des tracts de campagne imprimés sur papier recyclé ou du grand plan de rénovation énergétique des bâtiments de la ville de Tours… Et on saura saluer les projets à venir qui aideront à verdir la ville. Patience, c’est pour bientôt.

Print Friendly, PDF & Email