Société

Naguère des étoiles : la force au réveil

Dix ans que les fans attendaient ça. Les rumeurs, fin des années 2000 allaient bon train. L’épisode VII était l’objet de beaucoup de fantasmes et d’infos farfelues. Mais le fan, le vrai, ne se laissait pas prendre au jeu des annonces de certains. La planète « geek » serait préservée du côté obscur. En Touraine, comme partout ailleurs dans le monde, trois générations de spectateurs attendaient ce septième opus avec impatience. Grand-parents, parents et enfants pourraient désormais se retrouver dans la même travée d’une salle obscure pour y lire, en générique, « Star Wars, épisode VII » défilé vers le fond de l’écran sur lettre jaunes…

photo

Quand mes collègues m’ont demandé d’écrire un article sur le nouvel épisode de Star Wars, je me suis demandé par quel bout prendre le sujet sachant que beaucoup de choses allaient être écrites et dites sur ce film si attendu. Pour ma part, cela fait dix ans que j’attendais patiemment ce septième épisode. J’ai choisi sciemment de me couper des forums de fans et de discussions pour ne rien connaître de la nouvelle trame de ce film tourné par J.J Abrams. Quand on est fan comme moi, on ne veut pas que le plaisir de la découverte soit contrariée par les rumeurs du Web. Question de génération peut-être, envie de passer deux heures de bon moment, sûrement.

Les références mythiques au premier épisode (c’est-à-dire l’épisode IV « un nouvel espoir ») sont légions

Aussi ai-je choisi de ne pas vous révéler les deux ou trois grands moments du film, mais seulement de vous donner quelques éléments pour que vous puissiez pousser la porte du cinéma le plus proche de chez vous pour redécouvrir l’univers fantastique de la Guerre des étoiles (en français dans le texte J). Si vous regardez bien l’affiche du film et les crédits en dessous, vous remarquez que le nom de Mark Hamill (Luke Skywalker) y figure. Je ne vous en dis pas plus. Depuis mercredi dernier, j’ai déjà vu le film deux fois. Si vous êtes de la génération 1977-1983, c’est-à-dire celle des trois premiers films « historiques », vous ne serez pas déçus. Les références mythiques au premier épisode (c’est-à-dire l’épisode IV « un nouvel espoir ») sont légions.

Le Réveil de la Force est un film qui annonce les prochains. A la sortie des deux séances, nous avons pu entendre différents avis : « Bon Star Wars, mais le scénario est un peu léger » pour Alain, un spectateur qui venu voir le film par curiosité. Pour Jean-Charles « un très bon cru et les univers traversés sont superbes ». Pour Tanneguy, « je suis déçu mais je viens de le revoir une deuxième fois et je suis heureux ! ». Quant à moi, vieux fan et collectionneur, je dirai que c’est un bon épisode mais qui vivra certainement avec l’épisode VIII à venir (dont le tournage commence en 2016). Au milieu du film, j’ai eu un pincement au cœur… Je vous laisse découvrir.

On apprend que Daniel Craig, monsieur 007, a participé au tournage

Et puis, il y a l’envers du décor. Les petites histoires qui créent le mythe. On apprend que Daniel Craig, monsieur 007, a participé au tournage. Il a enfilé un costume de Stormtrooper pour surveiller une prisonnière bien particulière. Quand James Bond et son attirance pour les femmes s’invitent comme un clin d’œil dans le tournage de Star Wars. Ensuite la Guerre des étoiles ne serait rien sans la bande originale toujours sous la baguette de John Williams. L’omniprésence de la musique symphonique la plus célèbre du cinéma est magique.

Déjà près de 3 millions de français ont répondu au appel de la Force et du côté obscur. Et ce n’est pas fini. Après une année 2015 difficile et anxiogène, la sortie d’un tel film fait du bien. Et ce n’est pas un député connu pour ses phrases et ses voyages en Syrie qui viendra troubler la fête de millions de concitoyens. Retrouvez Han Solo, La princesse Leia (devenue générale) et C3-PO et R2-D2, c’est un peu comme si une partie de votre famille s’invitait à Noël. Depuis presque quarante ans, la mythologie intergalactique fait partie de notre vie. Alors si le personnage préféré des enfants s’appelle « Père Noël » pour certains autres un peu plus vieux, il s’appelle Georges Lucas.

Print Friendly, PDF & Email