Société

« Ma Petite Madelaine », le nouveau temple de la consommation

Difficile d’imaginer en arrivant hier matin à « Ma Petite Madelaine », le nouveau centre commercial situé à Chambray-lès-Tours, que ce dernier ouvrirait ses portes à peine 24h plus tard. Sur les lieux, des engins de chantiers et des dizaines de techniciens s’activant sur ce qui ressemblera dès aujourd’hui au nouveau temple de la consommation de l’agglomération.

IMG_0451

Située directement en sortie de périphérique, au sud de Chambray, « Ma Petite Madelaine » est la nouvelle zone commerciale sortie de terre en entrée de ville. D’une surface de 40 000 m², cet espace symbolise pour ses concepteurs la nouvelle génération des centres commerciaux qui doit répondre aux nouvelles attentes des clients (lire à ce sujet cet article de René-Paul Desse sur Cairn.info).

Pour Philippe Journo, PDG de la Compagnie De Phalsbourg, conceptrice des lieux, l’avenir des centres commerciaux de périphérie s’écrit dans ces nouveaux lieux comme « Ma Petite Madelaine ». « Nous sommes dans une nouvelle génération de commerces qui allient l’esthétique et le respect environnemental avec des bâtiments à moindre empreinte énergétique ». Avec ses bardages en bois, ses 650 arbres plantés, ses surfaces gazonnées et  l’arrière du site donnant sur la base de loisirs de Chambray, la moitié des 14 hectares du site est en effet dédiée aux espaces verts.

IMG_0436parking de « Ma Petite Madelaine »

Simple « greenwashing » ou véritable respect environnemental alors ? Du côté de la Compagnie de Phalsbourg, on affirme que l’ouverture de ce genre de nouveaux complexes favorise une évolution positive pour l’environnement : « Les espaces commerciaux de périphéries tels que nous les avons connus c’était des magasins propriétaires de leur surface avec leur propre parking, des clients qui reprenaient leur voiture à chaque boutique mais aussi des bâtiments anciens mal adaptés et à forte perdition énergétique. Là nous proposons de nouveaux espaces répondant aux dernières normes. Le visiteur pose sa voiture une fois et  peut profiter des lieux qui sont pensés autour de quatre critères : la  qualité, le confort, le service et l’ambiance ».

« Pour que les magasins continuent à vivre ils doivent bien traiter leurs clients » poursuit Philippe Journo pour qui « l’ère n’est plus à l’opposition entre commerces du centre-ville et ceux de périphéries mais plutôt à  celle entre magasins et achats en ligne ». Du côté des commerces des autres zones chambraisiennes, on regarde pourtant avec attention et avec inquiétude l’ouverture de ce nouveau mastodonte qui risque malgré tout de détourner une partie de leur clientèle. Autre risque pour ceux restant dans la zone de la Vrillonnerie, celui de subsister dans une zone dorénavant en partie vidée par les enseignes ayant rejoint « Ma Petite Madelaine » (voir plus bas).

IMG_0456« Ma Petite Madelaine » (détails)

Ce nouveau temple du commerce est ainsi un espace réfléchi pour attirer le chaland sur la base d’une offre commerciale riche mais aussi par des atouts esthétiques et une offre ludique importante, troisième axe essentiel de ce nouveau type d’espace commercial. « Le but c’est que les gens se garent une fois et peuvent passer un moment de leur journée en faisant les magasins mais aussi en profitant des espaces et des animations. Il y aura une navette électrique, des activités pour les enfants comme du poney, des activités en lien avec la base de loisirs… » détaille Philippe Journo qui espère que « Ma Petite Madelaine » attire de 2,5 à 3 millions de visiteurs par an.

IMG_0491

IMG_0470

IMG_0441Photos ci-dessus : espace enfants et « jardin des amoureux »

Point de vue chiffres, ce centre commercial représente 40 000 m² de surface pour 32 magasins et restaurants dont 60% des enseignes étaient déjà présentes à Chambray et sont relogées ici (Intersport, Besson, La Halle au Chaussures, Gémo, Orchestra, Easycash…). Des déménagements qui libèrent de l’espace sur la zone de la Vrillonnerie, que la ville de Chambray-lès-Tours aimerait restructurer avec notamment une requalification des zones autour de l’ancienne Nationale 10 (actuelle RD910) en l’insérant mieux dans l’environnement et en donnant plus de places aux déplacements en commun et aux modes de déplacements doux.

Du côté de « Ma Petite Madelaine », les aménagements vont également se poursuivre dans les prochaines semaines (et prochains mois) avec l’espace restauration qui ouvrira d’ici un mois et demi, puis l’arrivée de Truffaut à l’horizon de février 2017. A terme ce sont 230 emplois (transférés ou créés) qui seront regroupés au sein de « Ma Petite Madelaine ».

crédits photos : Mathieu Giua pour 37°

Print Friendly, PDF & Email