SociétéA la une

Le Touraine Primeur, toujours jeune, malgré ses 40 ans.

Si le Touraine Primeur a perdu de sa superbe, le public s’en étant détourné, il reste un vin produit et à ce titre mérite que l’on s’y attarde. C’est le sens du message voulu par Guillaume Lapaque, qui organise depuis deux ans, le concours du Touraine Primeur.

Il fut un temps où la sortie du Touraine Primeur était un événement. Du genre de ceux qui rythment le calendrier d’un territoire. Souvenez-vous des festivités dans le centre de Tours dans les années 90 et début des années 2000, où chaque 3e mercredi soir de novembre était l’occasion d’un rassemblement populaire, avec confréries viticoles, animations musicales, arts de rue… et à minuit le traditionnel perçage du premier tonneau…

A l’image du Beaujolais Nouveau, le Touraine Primeur a connu ses heures de gloires, celles-ci semblent passées aujourd’hui, et c’est dans la discrétion que sa sortie, le 3e jeudi de novembre, se fait désormais.

Une discrétion encore accrue depuis l’an passé et le souhait pour l’AOC Touraine, de ne plus communiquer sur ce vin nouveau, tombé en désuétude auprès du public. Fini donc les grandes fêtes du Touraine Primeur à Montrichard, remplacées l’an passé par le « festival des vins de Touraine », lui-même déplacé cette année au Prieuré de Saint-Cosme à La Riche. Si le Primeur reste célébré dans certaines communes comme Amboise (le 22 novembre à partir de 18h), plus aucune grande fête n’est organisée, un comble pour un vin qui dans les années 80 était célébré avec faste jusque dans le Tout Paris.

Pire, même, pour certains, le Touraine Primeur n’a même plus de concours officiel. Et c’est pour réparer cette erreur, que Guillaume Lapaque, que vous connaissez dans nos colonnes pour sa chronique hebdomadaire « la bouteille du week-end » et qui est gérant de la cave de la Dive Bouteille à Bourgueil, a décidé d’organiser un concours des Touraine Primeur l’an passé à la Vinothèque de Tours. Une première édition organisée à la hâte mais qui avait montré que le Touraine Primeur avait toujours des adeptes. Fort de ce concours 2018, Guillaume Lapaque a de nouveau renouvelé l’opération cette année, au même endroit. Pour cette édition 2019, le jury composé de professionnels (vignerons, sommeliers, journalistes, élus…) avait à départager les Touraine Primeur de 12 vignerons ayant joué le jeu, sur la vingtaine qui en produisent encore.

Le lycée viticole d’Amboise primé par la médaille d’or 2019

« Les vignerons qui ont travaillé sur ces vins méritent que l’on s’y attarde » commentait Guillaume Lapaque, pour justifier la démarche. Un concours 2019 également symbolique puisqu’il correspond au 40e anniversaire du Touraine Primeur, officiellement reconnu par décret le 13 novembre 1979.  « Le vin primeur trouve, en Touraine, des racines bien plus anciennes : depuis de nombreux siècles, on  « martinait le vin », c’est-à-dire qu’on goûtait le vin nouveau au moment de la fête de Saint-Martin » rappelle encore Guillaume Lapaque pour qui le Primeur est avant tout l’occasion de festivités conviviales. Vincent Roussely, vigneron et membre du jury n’en disait pas autre chose : « c’est un vin de copains à partager en apéritif autour de tartines. »

Il ressort de cette cuvée 2019 de jeunes gamays, des vins frais, fruités pour la plupart (on l’avoue on les a goûté, on était aussi dans le jury), dont 4 se sont assez unanimement démarqués :

Le palmarès Touraine Primeur 2019 :

1 médaille d’or

– au Domaine de la Gabillière, lycée viticole d’Amboise (37)

1 médaille d’argent

– à Cédric et Marina Chollet, Domaine de Rabelais à Onzain (41)

2 médailles de bronze

– à la Closerie de Chanteloup à Amboise (37)

– au Cellier du Beaujardin, Cave coopérative de Bléré (37)


Un degré en plus :

Si l’AOC Touraine ne souhaite plus communiquer sur le Touraine Primeur, elle maintient néanmoins des festivités en ce mois de novembre. Samedi elle fêtera même ses 80 ans à l’occasion de la 2e édition des Vins de Touraine qui se déroulera au Prieuré Saint-Cosme à La Riche. Pour l’occasion elle lance « Touraine Toast Tour », une tournée de rencontres apéritives qui se déroulera jusqu’en juillet 2020 pour célébrer ses 80 ans. Avant cela, ce samedi aurait pu être l’occasion parfaite pour fêter ce double anniversaire donc…

Print Friendly, PDF & Email