PolitiqueSociété

Le site Mame racheté par Tour(s) Plus

La communauté d’agglomération Tour(s) Plus a décidé de se porter acquéreur auprès de la SET (Société d’équipement de Touraine) du site de l’ancienne usine Mame actuellement en reconversion. L’information confirmée par Thibault Coulon (adjoint au maire de Tours en charge de l’emploi et du numérique) aura un coût de neuf millions d’euros pour la collectivité. Une somme étalée sur 10 ans à raison donc de 900 000 euros versés par an à la SET.

Un achat qui peut surprendre au premier regard en ces temps de disette financière. « La SET n’a pas vocation à être propriétaire, elle est un outil au service des collectivités et aurait vendu quoiqu’il arrive, il fallait se positionner dessus » explique celui qui mène depuis plusieurs mois le volet politique du dossier French Tech Loire Valley du côté tourangeau. « Il n’y a aucune opération d’enchère immobilière, la SET revend à Tour(s) Plus au prix qu’elle avait acheté il y a cinq ans » poursuit-il.

Un investissement qu’ils espèrent rentabiliser par le biais de locations d’espaces pour les entreprises désirant s’y installer. « Nous avons plus de 10 000 mètres carrés à disposition et un espace qui attirait les convoitises, ce lieu a un gros potentiel, on pourra y installer des start up, des entreprises plus grandes, des espaces de coworking, pourquoi pas des associations étudiantes, etc… » cite l’élu qui espère faire de ce lieu le véritable poumon de l’économie numérique locale.

Les installations se feront cependant au fur et à mesure en raison de plusieurs facteurs. Pour commencer, Thibault Coulon aimerait que Michelin quitte les anciens ateliers occupés (environ 4000 m²) par une cinquantaine d’anciens ouvriers dans le cadre des ATP (Ateliers de Transition Professionnelle) mis en place lors du plan social de l’usine jocondienne. Une réunion devait avoir lieu hier entre les deux parties pour négocier une date de départ et un nouveau lieu d’accueil pour les ATP Michelin. Ensuite, les travaux notamment dans l’attique (en haut du bâtiment principal) étant encore complètement en friche, il faudra encore de longs mois avant que le site ne soit complètement réhabilité. D’ici là, la question sera certainement abordée lors du comité de pilotage du label qui se déroule jeudi aux Deux Lions.

Print Friendly, PDF & Email