« Le lien social est partie prenante des missions des Espaces Publics Numériques »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

A l’heure où le numérique prend une place de plus en plus prépondérante dans le quotidien de chacun, c’est encore 14% de la population selon un rapport publié par le défenseur des droits en début d’année qui n’a pas accès aux outils numériques. Pour ces dernières la fracture numérique est bien réelle alors que de plus en plus de services y compris publics (impôts, pôle emploi…) se tournent vers le tout numérique. Pour aider à réduire cette fracture numérique, il existe sur le territoire français près de 5000 Espaces Publics Numériques.

Les Espaces Publics Numériques (EPN) c’est quoi ?

Espaces d’accès aux outils informatiques, l’objectif des espaces publics numériques est « de lutter contre la fracture numérique tant matérielle que culturelle. Ils contribuent à promouvoir et à faciliter la découverte au plus grand nombre des principaux usages de l’Internet (e et m.administration, e-commerce, Internet de la connaissance et de la culture…) et des technologies numériques (mobiles, objets connectés, programmation de cartes ARDUINO, imprimantes 3D, …) » selon la définition de l’organisme gouvernemental Net Public.

A Tours, les EPN sont au nombre de seize, dont dix gérés directement par les services de la ville et six par des associations. A l’ouest de la ville c’est le cas de celui situé boulevard Preuilly. Géré par l’association socio-culturelle éponyme, l’EPN Courteline accueille chaque année près de 300 personnes (ce qui représente environ 5000 heures de connexion). Une mission entrant dans le volet de l’action sociale de l’association.

Pour s’occuper de cet EPN, l’association a engagé il y a huit ans maintenant Frédéric Poulat. Ce dernier nous explique que la fréquentation est restée stable au fil des années. « Les personnes ont changé mais on retrouve les mêmes profils ». Avec 75 % d’utilisateurs qui sont demandeurs d’emplois, l’EPN prouve au quotidien son importance sociale dans le tissu local. « On ne se rend pas forcément compte mais l’achat d’un ordinateur la première année, avec tout ce qui va avec c’est souvent un coût aux alentours de mille euros, c’est une somme importante » explique Frédéric. Alors que les accès aux technologies et les usages liés se sont développés de façon exponentielle ces dix dernières années, les coûts liés au numérique restent ainsi un frein pour une frange de la population que les EPN tentent de gommer en partie.

img_0616

Une étude commandée par Bercy en 2015 dressait un portrait-robot des personnes n’ayant pas Internet à domicile :

« Les personnes qui n’ont pas de connexion internet à leur domicile sont, comme en 2014, plus souvent des femmes, plutôt âgées (44% ont 70 ans et plus).

Il s’agit en majorité de personnes seules (59%), d’individus à faible niveau de diplôme : 42% ont un niveau BEPC et 41% sont non diplômés.

53% sont retraités, avec un faible niveau de revenus (32% appartiennent à la catégorie des personnes disposant de bas revenus et 31% à celles de la classe moyenne inférieure).

Et enfin 31% vivent dans une commune rurale (moins de 2 000 habitants). »

« Le lien social est partie prenante des missions d’un EPN »

Et si les EPN ne peuvent combler intégralement ce manque « ne serait-ce que par les horaires d’ouverture », ces espaces rendent service à la population sur différents domaines. A l’EPN Courteline, trois axes sont ainsi développés : l’accès libre et gratuit aux 8 ordinateurs connectés mis à disposition, l’aide à la recherche d’emploi et aux formations (rédaction de CV, aide à la recherche sur internet…) et enfin l’animation de petits modules de formations d’initiation à l’informatique.

« Le lien social est partie prenante des missions d’un EPN » explique Frédéric, « les gens viennent ici pour trouver de l’aide. Ce n’est pas forcément évident quand on n’est pas habitué, de s’y retrouver dans certains sites administratifs par exemple. Souvent les utilisateurs sont inquiets et ont peur de mal faire,ils ne comprennent pas forcément ce qu’on leur demande ou comment il faut s’y prendre pour remplir un dossier en ligne… Une inquiétude renforcée par le manque de contact humain en face d’eux. Moi ici je prends le temps de les accompagner. Je ne me contente pas d’écrire un CV avec la personne et dire au-revoir derrière. On essaye d’aider jusqu’au bout dans les démarches avec un suivi par rendez-vous si besoin ». Une démarche d’accompagnement social facilitée par le fait que l’EPN se trouve justement dans le bâtiment de l’antenne sociale de l’association. « Les collègues référentes socio-professionnelles n’hésitent pas à m’envoyer des personnes qu’elles suivent dans le cadre du RSA » cite ainsi en exemple notre interlocuteur.

img_0622

« Le numérique est aujourd’hui omniprésent et mon rôle est de pousser ceux qui viennent ici à en maîtriser les outils. On a un atelier avec lequel on sort un journal papier, c’est un exercice à travers lequel ils appréhendent le traitement de texte, la mise en page… ». Un accompagnement dans l’apprentissage des outils, mais aussi dans l’apprentissage des usages sur internet. Une facette de son métier que Frédéric juge tout aussi primordiale : « C’est important d’expliquer qu’internet est public, qu’ils ne sont pas chez eux et que ce qu’ils y font peut être public. Il faut éduquer au web, expliquer par exemple qu’une photo de profil sur Facebook appartient à Facebook est peut être utilisée à l’insu de l’utilisateur à tout moment, d’expliquer que tout ce qu’on lit  sur internet n’est pas forcément vrai, que la lecture ne se fait pas forcément de la même manière que sur du papier… ».

Cette question des usages est d’ailleurs au centre d’une nouvelle activité développée depuis l’an passé, puisque Frédéric organise des débats et rencontres gratuites sur le numérique. Des conférences ayant pour thèmes cette année le citoyen 2.0 et les théories du complot. La première la semaine dernière sur la rumeur avec le co-fondateur du site Hoabuster a réuni une cinquantaine de personnes. La prochaine aura lieu le 8 décembre sur le thème de la manipulation des images.

Un degré en plus :

> Toutes les infos sur l’EPN Courteline à retrouver sur cette page

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Filbleu