CDNT

Le Bio3 Institute : futur fleuron régional ?

Salon Hifi - Leclerc Amboise
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

C’est un projet qui fait l’unanimité autour de lui qui a été inauguré vendredi dernier sur le site du Plat d’Etain à Tours.

Le Bio3 (Bio-Cube), institut de formation spécialisée dans les biomédicaments et les produits biocosmétiques accueillera ses premiers étudiants en mai prochain. Ce vendredi lors de l’inauguration du bâtiment c’est un cortège officiel aussi large que possible qui était rassemblé. Un symbole de l’union sacrée qui se dessine derrière ce projet pensé comme un futur fleuron régional.

Le Bio3 c’est quoi ?

Organisme de formations, né d’un partenariat entre l’Université François Rabelais porteuse du projet, l’université d’Orléans et l’IMT (Institut du médicament de Touraine), le Bio3 Institute est un nouvel outil universitaire destiné aux biomédicaments. Un domaine de pointe en voie de développement à en croire les porteurs du projet. Ainsi, « d’ici 2020, 30 à 50% des médicaments seront issus des biotechnologies » assurent-ils.

Biomédicaments c’est quoi ? Contrairement aux médicaments classiques issus de synthèses chimiques, les biomédicaments sont issus de substances biologiques (vivantes). Les vaccins ou l’insuline en sont des exemples.

Dans une région où les filières cosmétiques et pharmaceutiques représentent 13,5% de l’effectif industriel régional, le Bio3 est un véritable pari sur l’avenir. Un pari dans lequel les industries privées font partie intégrante puisque l’un des objectifs affichés du Bio3 est de « former, de concert avec les entreprises du secteur, les professionnels de demain. Des formations qui iront du certificat au master, du technicien à l’ingénieur et au chercheur », explique Loïc Vaillant, président de l’université de Tours. Des diplômes qui iront du niveau V (Apprentissage) au niveau I (Masters et Doctorats) avec une prise en charge soit par l’IMT, soit par l’Université. Des formations qui pourront être complétées également selon les demandes des entreprises par des projets de recherche. Pour répondre à ces objectifs ambitieux c’est donc un bâtiment de 2.000 m2 qui a été construit. Un bâtiment regroupant un laboratoire d’excellence, un plateau technique pour la formation et la recherche et un centre d’hébergement d’une centaine de logements. On comprend ici tout l’intérêt de ce projet, dont la construction a coûté 10 millions d’euros : Permettre à la région Centre-Val de Loire, d’asseoir son statut de référence dans les domaines pharmaceutiques et cosmétiques grâce à une collaboration poussée entre recherche publique et entreprises privées.

Un enjeu pour la ville 

Du côté du territoire de la ville de Tours, la construction du Bio3, est une première étape en vue de la restructuration du site des anciennes casernes. Plutôt au point mort depuis plusieurs mois, le projet doit permettre l’essor de nouveaux quartiers mixtes à travers 10 hectares en pleine ville. Une restructuration confiée à la SET. 600 logements devraient sortir de terre d’ici deux ans, tandis que le quartier dans son ensemble devrait être aménager dans les 10 ans à venir autour d’un parc vert d’un hectare en son centre.

Crédit photo : Ville de Tours

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !