Société

La Loire aux enfants !

S’approprier le paysage. Voilà un bien joli défi proposé dimanche après-midi par le Musée des Beaux-Arts de Tours et l’association Le Petit Monde aux petits Tourangeaux, histoire de déjà décompresser après les deux premiers jours d’école de l’année.

Photo-0454

Décomposé en trois temps (en substance : «Regarde ce que d’autres ont fait, choisis ton point de vue et lâche-toi»), cet atelier annoncé de 15h à 18h permettait pour les plus motivés de passer trois belles heures à croquer son fleuve en long, en large et en travers.

Après une très brève histoire de l’art en trois tableaux des bords de Loire ou du fleuve lui-même, les enfants avaient déjà en main l’outil le plus essentiel pour aborder la feuille blanche dans la joie et la bonne humeur : le champ libre. Du figuratif très détaillé d’une vieille vue de l’entrée de Tours où le peintre s’est amusé à ajouter des petites montagnes derrière une silhouette urbaine (où il s’est aussi amusé à ajouter des monuments), à l’abstraction décomplexée d’Olivier Debré dont l’évocation par l’animatrice du travail in situ réalisé sur de grandes toiles fascine évidemment tout de suite les gamins, voilà en moins de dix minutes une petite tribu de peintres du dimanche échauffés et prêts à en découdre avec le réel.

Photo-0466

Un petit passage par un cadre découpé en une cinquantaine de carrés permettait ensuite à chacun de choisir son point de vue grâce à une longue vue de fortune (une feuille A4 roulée sur elle-même). Une petite étiquette avec le prénom de l’enfant était ensuite collée sur «son» carré et plus l’après-midi avançait, plus le nombre d’étiquettes augmentait…

«Le génie, c’est l’enfance
retrouvée à volonté.»
Charles Baudelaire

Le reste se passe tout seul ou presque : un dialogue intense entre ce paysage puissant et l’insondable regard de l’enfance, chacun à son rythme, certains finissant une composition en dix minutes et enchaînant les déclinaisons des mêmes motifs, d’autres attaquant des esquisses au crayon et peaufinant la colorisation pendant près d’une heure.

Ce coin de Loire si familier pour la plupart des participants comme des spectateurs se dématérialisa ainsi peu à peu – prouesse illusionniste provoquant une forme inédite d’apaisement – par petits rectangles multicolores apparaissant comme par magie au fil des heures sur des grilles installées contre la grande muraille des quais.

Une déconstruction/reconstruction du monde déterminée et tranquille, dans un espace-temps d’où le monde adulte semblait résolument exclu. Un pur instant de grâce que seuls l’imagination tranchante et le sentiment de liberté absolue dégagés par un enfant peuvent construire.

Un degré en plus

> Le programme des ateliers proposés par le Musée des Beaux-Arts de Tours pour cette rentrée.

Photo-0455

Photo-0457

Photo-0465

Photo-0462

     Crédits photos : Laurent Geneix

Print Friendly, PDF & Email