ChroniquesChroniques-Société

[La Bouteille du week-end] Anjou blanc 2015, La Varenne du Poirier, Domaine Les Grandes Vignes

Comme un bon vin ne s’apprécie que s’il est partagé, chaque vendredi dans [La bouteille du week-end], Guillaume Lapaque vous fait part de sa rencontre avec un vin ligérien et vous en parle avec passion et délectation. 

Plus les vignerons d’Anjou redécouvrent la magie de leurs terroirs de schistes, et plus ils m’émerveillent ! A l’image de cet Anjou blanc assez original pour nous emmener loin des sentiers battus, là où ne vont pas les moutons de Panurge !


« Anjou ? En joue, feu ! ». Le mauvais jeu de mots que Jean Becker fait dire à Jacques Villeret dans le film « Effroyables jardins », pourrait sans doute qualifier la qualité des premiers Anjou blancs que j’ai dégustés, il y a 20 ans, à une époque où les acteurs de cette appellation s’étaient oubliés. Dieu merci, un collectif de grands vignerons, qui sont tous amoureux de l’incroyable terroir de schistes angevins, a depuis redressé la barre !
La famille Vaillant, qui veille sur le domaine des Grandes Vignes à Thouarcé, fait partie de cette belle aventure. J’avais très envie de goûter leur cuvée « La Varenne du Poirier » parce que j’avais entendu dire que ces vignerons bio avaient eu la bonne idée de demander à leur voisin, éleveur de moutons, de faire paître les animaux dans la vigne, histoire de désherber sans intrants. Je dois avouer que l’idée de lâcher des animaux dans les vignes m’amuse assez !

Recommandée par la Cave 22 sur Vins, la Varenne du Poirier 2015 ne m’a pas déçue ! On y retrouve presque intacte la richesse fruitée du cépage chenin, cette belle odeur de jus de raisin que l’on sent ces jours-ci au pied des pressoirs. Mais on y trouve aussi une puissante trame acide qui soutient le vin et laisse entrevoir une belle capacité de vieillissement : si vous avez connu en 2015 un heureux événement, c’est le genre de bouteille qu’il faut mettre en cave tant on aura plaisir à la regoûter dans 5, 10, 15 ou 20 ans !

Sans « boiser » outrageusement ce joli vin, sa fermentation en fûts neufs et son élevage lui ont apporté une complexité intéressante. Des notes florales, des notes d’agrumes, des notes d’amande, des notes chaudes de torréfaction… On pourra s’oublier longuement, le nez dans le verre, à en deviner tous les arômes !
Il faudra cependant, avant d’ouvrir cette belle bouteille respecter impérativement deux conditions :
– interdiction formelle d’ouvrir un vin de cette qualité à la sortie du réfrigérateur ! A 5 °C, on endormirait l’essentiel de sa palette aromatique. Prenez le temps de le laisser remonter en température, entre 8 et 10 °C
– et interdiction surtout d’ouvrir cette bouteille si on n’a pas pris le temps de cuisiner : une viande blanche ou un poisson en sauce, un Sainte-Maure de Touraine… Il faudra lui trouver des compagnons de jeu à sa hauteur.

Je ne sais pas vraiment si les moutons ont participé à la qualité de ce vin mais, au cas où, je tiens à les remercier publiquement !

Les moutons de la ferme de Bellis Perrenis tondent avec soin la parcelle de La Varenne du Poirier ! (photo DR/Domaine Les Grandes Vignes)

* Anjou blanc 2015, La Varenne du Poirier,
Domaine Les Grandes Vignes 
La Roche Aubry
49380 Thouarcé – France
Tél. : 02 41 54 05 06
www.domainelesgrandesvignes.com
Sur Facebook : Facebook.com/domainevaillant/

* 15,50 € TTC à la cave 22 sur vins
22 Rue Néricault Destouches, 37000 Tours,
Tél. : 02 47 66 10 16
Sur Facebook : Facebook.com/22survins/

Un degré en plus :

Retrouvez toutes les bouteilles du week-end ici

Print Friendly, PDF & Email