SociétéA la uneInterviews

Kiné, nutritionniste ou athlète : un concept de formation novateur en Touraine

Après 3 ans d’activité à Paris, l’association Pass’Port pour l’Emploi crée sa première antenne régionale en 2020… et c’est à Tours. Fondée par le chef réputé Thierry Marx, elle est également portée par le champion du monde et champion d’Europe de judo Benoit Campargue. Son concept : mixer formation professionnelle avec cursus sportif pour ramener vers l’emploi des personnes qui ont du mal à trouver un travail. Le tout en 3 mois. 103 personnes ont déjà retrouvé un CDI grâce à ce programme. Nous avons rencontré la directrice de la structure, Lydia Bouchardon.

Quel est l’ambition de votre association ?

Nous sommes un organisme de formation spécialisé dans la mise en pratique sportive avant l’embauche dans le but de redonner confiance à des personnes éloignées de l’emploi. Cette activité sportive nous la voyons comme performance mentale plus que physique et nous l’associons à l’apprentissage d’un nouveau métier. Le cursus s’adresse à toutes les personnes qui se sont à un moment donné retrouvées en rupture avec le monde du travail et qui n’arrivent pas à décrocher le CDI tant attendu.

Comment ça fonctionne ?

Nous recrutons les bénéficiaires via Pôle Emploi, les Missions Locales ou les mairies qui montent des programmes d’insertion. Nous nous servons également des réseaux sociaux en pariant sur le partage de nos publications pour attirer gens vers notre processus. Ils postent leur candidature, et nous les rappelons derrière pour tester leur motivation avant de leur proposer une rencontre in situ avec des tests écrits quand la branche professionnelle l’exige puis un job dating pour rencontrer les entreprises qui recrutent.

L’équipe de l’association à Tours vendredi 31 janvier.

Votre particularité c’est d’avoir des promesses d’embauches en CDI avant même le début de la formation…

Une fois que la personne a franchi l’étape du job dating elle rentre en formation et elle est assurée d’avoir son contrat à la sortie. Les recruteurs sont totalement intégrés sur la phase de sélection : ils voient les candidats et tout au long de la formation reviennent apporter leur retour d’expérience pour donner les clés de ce qu’ils recherchent aux jeunes ou aux moins jeunes qui suivent le cursus. Il arrive néanmoins qu’à l’issue de la formation certaines personnes nous disent qu’elles préfèrent se diriger vers une autre entreprise par exemple parce que celle que l’on avait fléchée dans un premier temps est trop loin de leur domicile. Dans tous les cas nous les suivons pour leur trouver un poste dans une autre société qui recrute.

La formation dure combien de temps ?

12 semaines à plein temps (35h) pour des groupes de 12 à 15 personnes avec un maître-mot cher à notre fondateur, le chef Thierry Marx : RER, Rigueur, Engagement, Régularité. Pas d’absence, pas de retard. Les personnes qui s’engagent le font avec un projet. Quand on a un projet on n’est pas en retard, on n’est pas absent… sauf cas de force majeure, bien sûr. Bref, on va au bout. Ce n’est pas à l’organisme de formation ou au recruteur de dire « Tu n’es pas venu aujourd’hui ce n’est pas bien. »

Qui assure les formations ?

Nous avons un groupe de formateurs spécialisés : 7 personnes chacune avec leurs spécificités. Il y a un champion d’athlétisme, une diététicienne, une sophrologue, une personne qui s’occupe de la gestion de conflits, du conseil en image, un kiné… Et on s’adosse à un organisme de formation pour l’apprentissage du métier.

Benoit Campargue

Pourquoi proposer des séances avec un nutritionniste ou un kiné dans le cadre d’un projet de retour à l’emploi ?

Les gens ne se connaissent pas, s’alimentent mal par exemple. Et la kiné c’est pour les sensibiliser aux troubles musculosquelettiques. Connaître son corps c’est aussi se préserver au travail. On explique pourquoi il est important de bien dormir, de s’étirer, pourquoi quand on fait des métiers dits pénibles (debout) certains exercices sont essentiels pour rester en bonne santé… Mis bout à bout, toutes ces actions de prévention font que ces personnes retrouvent une envie de mordre la vie à pleines dents.

Après Paris, vous arrivez donc à Tours pour votre première implantation en région…

La première promotion devrait voir le jour fin avril-début mai. Nous avons déjà trouvé les CDI dans le secteur de la sécurité (avec 5 entreprises partenaires) et nous avons l’engagement financier pour assurer la formation. Maintenant nous allons entamer la phase de recrutement. C’est ouvert à tout le monde de 18 à 63 ans. Cette implantation tourangelle s’est faite suite à un échange avec l’association ID Cités Touraine qui a regardé ce qui se faisait en dehors de l’Indre-et-Loire pour favoriser le retour à l’emploi. Leurs bénévoles se sont mobilisés avec nous pour que cette antenne voit le jour.


Un degré en plus :

Le site de l’association : www.sport-pour-l-emploi.com

Print Friendly, PDF & Email