Société

[Humour] Saint-Martin volatilisé

Stupeur dans le patio de l’Hôtel de Ville hier matin: la statue verte de Saint-Martin s’est comme envolée et il ne reste plus que les deux panneaux qui l’entouraient, pauvre orphelins esseulés dans le courant d’air glacial qui caractérise ce lieu.

Photo-0523

Nous avons enquêté auprès du voisinage pour savoir si quelqu’un a entendu quelque chose pendant la nuit précédente, mais ni les réserves de Devred ni les vitrines des Galeries Lafayette n’ont entendu quoi que ce soit.

Voyant leur air terrifié et leur manière polie mais ferme de mettre fin à notre entretien, nous avons commencé à avoir de sérieux doutes et nous avons continué nos recherches. «J’ai entendu des rugissements et des bruits de lutte vers 3h45. Puis un silence assourdissant» finit par avouer, visiblement sous le choc, la cloche du campanile de l’Hôtel de Ville qui a failli du coup faire comme sa cousine de Saint-Julien qui a récemment sonné pendant des heures en pleine nuit.

Personne n’étant en mesure de nous expliquer où avait bien pu passer Saint-Martin, nous avons fait preuve de perspicacité en établissant un lien entre «rugissement» et «lion» et notre attention s’est finalement focalisée sur le fauve incrusté dans le mur, juste au-dessus de l’endroit où se trouvait le saint pendant deux semaines (voir la photo).

Malgré nos appels répétés, le lion est resté de marbre (de tuffeau ?) et s’est muré dans un silence absolu. Le mystère reste donc entier.

Print Friendly, PDF & Email