SociétéA la uneInterviews

« En Touraine il y a un déficit de notoriété de notre gastronomie »

 

Elle est née officiellement pendant l’été et elle a organisé son premier événement public le 6 septembre à Montbazon : l’association Val de Loire – Terres de Gastronomie ambitionne de rassembler chef(fe)s, productrices et producteurs de la grande Touraine pour « faire rayonner » la cuisine d’ici via des manifestations populaires. Une initiative présentée comme un complément à d’autres organismes comme la Cité de la Gastronomie de Tours ou le Collège Culinaire de France.

On y retrouve Hervé Guttin (le Château d’Artigny), Fabien Cabrera (Le Baccara à Tours), Gaëtan Evrard (chef 1 étoile Michelin à l’Evidence) ou encore Rémy Giraud (chef 2 étoiles de Hauts de Loire à Onzain, aux frontières de l’Indre-et-Loire). Val de Loire – Terres de Gastronomie réunit bon nombre de grands noms de la cuisine du coin. Le projet est également porté par Hubert Giblet, depuis l’Office du Tourisme Azay-Chinon-Val de l’Indre. D’après lui « la gastronomie tourangelle n’est pas valorisée à son vrai niveau et perd des étoiles dans les guides. Je souhaiterais qu’elle soit représentée par un événement qui dépasse les frontières. » C’est-à-dire une manifestation qui inciterait à se déplacer par chez nous rien que pour en goûter les délices.

De fait, ces dernières années, le guide rouge édité par Michelin semble un peu bouder le département… Dans le même temps, on trouve un peu partout des tables aux ambitions moins clinquantes mais tout aussi créatives et éthiques (à Bréhémont, Montlouis, Amboise, Chinon ou Fondettes, pour ne citer que ces communes-là). Des cartes remarquées par des guides nationalement reconnus comme Le Fooding, mais des producteurs qui voient débarquer des équipes d’émissions de télé nationales (Paris Première chez Eric Roy à Saint-Genouph, par exemple).

L’envie de faire émerger une recette emblématique tourangelle

Hubert Giblet voit plus grand et veut mettre les pros de la cuisine à contribution, voire même au défi : « On a de très bonnes filières de formation, de très bons restaurants et de très bons produits mais on n’a pas de recette emblématique. On pourrait essayer d’en créer, par exemple en revisitant des recettes anciennes. Il y a notamment des choses à faire avec les poissons de Loire. » Selon lui les rillons, le nougat de Tours ou la beuchelle ne sont pas suffisamment armés pour aller chatouiller la cassoulet ou la choucroute qui font la renommée d’autres terroirs.

Cette ambition figure sur la liste de la quinzaine de projets que Val de Loire – Terres de Gastronomie compte porter dans les prochains mois. Après une vente de recettes originales à Montbazon le 6 septembre (sandwich au homard et éclairs à la façon de Rémy Giraud) elle prépare un événement retentissant pour le milieu de l’automne et surtout Les Automnales de la Gastronomie dès le 2 novembre au Domaine de Candé de Monts et dans plusieurs restaurants. Porté par l’association Touraine Gourmande, il s’agit d’une mise en avant des produits et des chef(fes) de la région autour de défis, notamment des duos derrière les fourneaux : « Les chefs que j’imaginais férocement en concurrence aiment beaucoup se confronter les uns aux autres et échanger. Certains se retrouvaient après s’être perdus de vue depuis leur apprentissage. »

Un grand buffet populaire et des circuits gastronomes dès 2021 ?

Favoriser les rencontres pour créer des émulations et un réseau, c’est l’une des principales ambitions de cette nouvelle association culinaire : « Les chefs ont besoin d’un réseau qui les anime » d’après Hubert Giblet. Il y a bien le Collège Culinaire de France, la Touraine Gourmande ou la Cité de la Gastronomie de Tours mais pour notre interlocuteur ces entités ne sont pas encore assez tournées vers l’événementiel grand public privilégiant respectivement les rencontres professionnelles, l’aspect caritatif ou la formation.

Après les Automnales qui s’achèveront le 13 décembre, Val de Loire – Terres de Gastronomie planche déjà sur un nouvel événement qui pourrait s’appeler le Printemps de la Gastronomie, peut-être sous la forme d’un grand buffet populaire. Un portail web proposant notamment des circuits touristiques permettant de rencontrer des exploitations et de manger dans les restaurants qui cuisinent leurs produits devrait voir le jour rapidement.

Print Friendly, PDF & Email