SociétéA la uneReportage-Société

EN IMAGES : Un demi-confinement en Indre-et-Loire

 

On le croise parfois au beau milieu d’un roman mais jusqu’en mars 2020 on le prononçait assez peu. Le mot « confinement » fait aujourd’hui partie du langage courant, avec ses dérivés déconfinement et reconfinement. Ainsi, la France et l’Indre-et-Loire sont au moins reconfinées jusqu’au 1er décembre pour enrayer la 2e vague de l’épidémie de Covid-19. Par rapport au printemps, les règles ont changé (elles ont été assouplies). Résultat : on aura bien plus de mal à vous publier des photos d’une autoroute complètement vide en milieu de matinée ou d’une place Jean Jaurès sans être humain à l’horizon en pleine journée. Certaines images vont tout de même rester… Nous les avons sélectionnées ci-dessous.

C’est une des mesures les plus emblématiques de ce reconfinement parce qu’elle touche à la fois à ce qu’on appelle l’art de vivre à la française et à un secteur emblématique de la ville de Tours : une Place Plumereau et les rues adjacentes sans tables ni chaises, bars et restaurants étant obligés de fermer.

Néanmoins, certains établissements peuvent poursuivre les activités de vente à emporter ou en livraison… faisant le bonheur des mastodontes du secteur qui peuvent continuer de faire travailler leurs coursiers. Il est à noter que quelques restaurants organisent leur propre système de livraison pour contourner ces grandes entreprises, sans forcément faire payer le déplacement beaucoup plus cher au client.

Les décorations de Noël sont installées dans les rues, elles s’illumineront fin novembre… et on sait déjà qu’on sera toujours en confinement à ce moment-là. Selon un sondage, 70% des Français ne sont pas contre des mesures d’isolement jusqu’à l’approche des fêtes.

Dans le calendrier, Noël aura lieu quoi qu’il arrive mais cette année, pas de Marché de Noël à Tours. Les chalets ont été installés pour rien…

Lourdement impactée par le premier confinement, à peine remise sur pied cet été à cause des mesures sanitaires strictes qui perduraient, la culture paye encore un lourd tribut cet automne. Le Grand Théâtre qui vient tout juste de retrouver une stabilité avec l’arrivée d’un nouveau directeur voit déjà son début de saison tout chamboulé…

Parmi les activités autorisées à se poursuivre pendant ce nouveau confinement : les chantiers du BTP. Les hôtels, commerces et logements du Haut de la Rue Nationale pourraient donc bien ne pas subir de nouveau retard. Leur inauguration est programmée au 1er semestre 2021… si le tourisme reprend d’ici là…

Les services publics maintiennent également un fonctionnement normal. Les longues queues vues devant La Poste au printemps ne devraient donc pas se reproduire.

Autorisée pendant le 1er week-end du confinement qui coïncidait avec la Toussaint, l’ouverture des magasins de fleurs est désormais interdite. A part en click & collect (achat sur Internet et retrait en magasin).

Pas de librairies ouvertes non plus (sauf via le click & collect). Une décision qui fait scandale, sur laquelle le 1er ministre refuse de revenir avant la mi-novembre minimum. Les professionnels du secteur ont juste obtenu la fermeture des rayons culture des grandes surfaces ou de la Fnac pour éviter une concurrence déloyale. En revanche les géants du web ne sont pas touchés par ces mesures. Le gouvernement a simplement obtenu la déprogrammation d’une campagne de pub d’Amazon pour inciter à acheter en avance avant Noël…

En ce début de semaine les transports tourangeaux fonctionnent encore normalement. La SNCF pourrait faire des aménagements à partir du 5 novembre et Fil Bleu à partir du 9 novembre. Le service risque notamment d’être réduit en heures creuses.

1km autour de chez soi… 1h maximum… C’est le retour des limitations quand on veut s’aérer ou faire du sport. Seul avantage : on a le droit de le faire sans masque.

Reportage photo : Pascal Montagne

Print Friendly, PDF & Email