Écoles supérieuresSociété

Ecole ESTEN : un déménagement et de nouvelles perspectives

Nouveauté sur 37°, chaque mois nous vous proposerons désormais un dossier spécial sur plusieurs jours, sur une thématique précise. Pour le mois d’avril, nous vous invitons ainsi à la découverte des écoles d’enseignement supérieur en Touraine. En effet, Tours, ville étudiante, possède non seulement une université dynamique (plus de 25 000 étudiants) mais aussi de nombreuses écoles spécialisées. Aujourd’hui, nous vous proposons un zoom sur l’ESTEN qui vient d’emménager sur le site Mame.

IMG_9978   Classe de 1ere année de l’ESTEN Sup’Edition

Ouverte depuis sept ans, l’école créée par Emmanuel Roc a déménagé en début d’année dans l’ancienne tour administrative du site Mame. Un déménagement qui ouvre de nouvelles perspectives à l’école privée spécialisée jusqu’ici dans l’édition numérique.

IMG_9973Accueil de l’école

Quand on arrive dans les nouveaux locaux de l’école,  c’est une enseigne lumineuse « Le Cercle Digital » qui nous accueille. Un nouveau nom englobant toutes les activités liées à l’agence Roc Edition & Multimédia et à l’ESTEN (Ecole Supérieure des Techniques de l’Edition Numérique). Le symbole d’un nouveau départ pour les deux structures. Si jusqu’à présent, l’école ESTEN avait ses locaux au sein de l’Institut de Touraine, ceux de l’agence se situaient eux rue Bretonneau. L’arrivée au deuxième étage de Mame permet ainsi de regrouper toutes les activités en un seul endroit. Si dans les faits, les locaux entre l’agence et l’école sont séparés au sein du même étage, les liens restent étroits entre les deux activités. « C’est une chance pour les étudiants de côtoyer les activités de l’agence, cela permet d’être en contact avec la réalité de leur futur métier », explique Yoann Pivert, responsable de la communication.

IMG_9981Emmanuel Roc et Yoann Pivert avec une partie des productions de l’Agence Roc

Pour ce dernier, la force de l’ESTEN c’est justement de s’appuyer sur une agence reconnue, permettant de saisir les besoins du marché en terme d’emploi. A l’ESTEN, les étudiants de la filière Sup’Edition se forment pendant trois ans à un diplôme de niveau 2 (Bac +3) et voient tous les domaines de l’édition : le papier en premier année, le numérique en seconde et une spécialisation en dernière. « Nous étudiants sont multi-compétents, ils apprennent à maîtriser la création, la composition ou la publication de textes, photographies ou de vidéos sur tous types de supports : papier, web et multimédia ».

Une formation qui fonctionne bien aujourd’hui avec une vingtaine d’étudiants inscrits par année. Et si comme pour toute école privée, l’inscription est en soi un investissement – comptez 6500 euros par an -, du côté de l’ESTEN, on assure que les étudiants trouvent facilement un emploi derrière. « Oui la formation a un coût mais c’est une formation de qualité et nous avons de bons résultats en terme d’emplois avec 85 à 90% d’embauche parmi nos étudiants, six mois après leurs diplômes ».

IMG_9971Le studio en fond vert de l’école

Une réussite pour les dirigeants de l’école qui leur donnent envie d’aller plus loin encore. Si bien qu’à la rentrée 2017, un mastère Sup’Média en journalisme va s’ouvrir. Une formation de deux ans (Bac+5) spécialisée JRI (Journaliste Reporter d’Images) et documentariste. Pour la première promotion, l’école compte sur 16 étudiants qui pourront bénéficier d’une formation adaptée avec du matériel et des salles modernes avec salles de montages, d’enregistrement audio… Des salles qui viendront compléter celles déjà opérationnelles depuis le début d’année et qui devraient permettre, espèrent Emmanuel Roc et son équipe, à l’ESTEN, ou plutôt au Cercle Digital, de franchir une nouvelle étape.

IMG_9975

Un degré en plus :

> Toutes les informations utiles sur le site www.supedition.fr

Print Friendly, PDF & Email