SociétéA la uneReportage-Société

De Ste Radegonde à Tours-Centre, les grands travaux de l’A10 vus de l’intérieur

 

Jusqu’à mi-octobre, l’A10 est en chantier au niveau de la traversée de la Loire. Encore en chantier, car c’était pareil l’an dernier. Vinci Autoroutes réalise une opération de grande envergure : une rénovation complète du pont qui enjambe la Loire et du revêtement de la route entre la sortie Tours-Centre et celle de Tours-Nord. Les voies du sens Bordeaux-Paris ont été traitées en 2019. Place maintenant à celles qui vont en direction du sud. De quoi occasionner de gros bouchons sur l’autoroute et aux alentours car il y a moins de voies et une vitesse réduite. Comment se déroulent les travaux ? La réponse en images…

Quand on dit que ce chantier consiste à rénover l’autoroute, il faut bien comprendre que c’est vraiment une tâche complexe aux phases multiples. La zone de travaux s’étend sur plus de 4km, comprenant notamment le pont qui traverse la Loire du Quai de Marmoutier au Boulevard Heurteloup à Tours. La circulation a été réorganisée pour maintenir 2 voies dans chaque sens et surtout vider complètement l’A10 sur la surface habituellement occupée par les trois voies qui filent vers Chambray, Poitiers et Bordeaux.

Les ouvriers ont tout cassé : le vieux bitume a été brisé en morceaux et emporté par 80 camions. Ensuite, on a retiré tout ce qui se trouvait en dessous. Au début des travaux, il ne restait que le béton d’origine du pont. Celui-ci a été nettoyé en profondeur (en faisant attention à récupérer l’eau et à la traiter pour éviter toute pollution).

Après ça, les ouvriers ont appliqué une résine spécifique dans le but d’aplanir la zone. Actuellement, ils apposent une couche étanche avec une machine spécifique qui colle des rouleaux de 150m à toute petite vitesse. C’est seulement après que la chaussée sera recouverte de goudron. Le chantier s’achèvera par les travaux de peinture pour redessiner les trois voies et la bande d’arrêt d’urgence. A noter que les garde-corps du pont ont également été changés.

L’A10 a presque 50 ans. Ces opérations sont donc essentielles pour assurer la sécurité des ponts mais ont aussi une utilité pour les riverains : c’est un revêtement dit « acoustique » qui va être apposé afin de diminuer les nuisances sonores des 75 000 véhicules qui traversent chaque jour la Loire à cet endroit. Sur le pont, Vinci Autoroutes remplace également les joints fatigués qui finissaient par claquer au passage des véhicules. Ces joints permettent de suivre les mouvements du pont qui varient selon la température et les saisons. Un équipement très spécifique, fabriqué au millimètre près.

Malgré la chaleur, les ouvriers qui travaillent en groupe et à moins d’1m sont obligés de porter le masque toute la journée. Auparavant, seuls les équipes en contact avec des matériaux dangeraux devaient se couvrir le nez et la bouche. Parmi les aménagements du chantier on trouve des frigos avec de l’eau pour le ravitaillement ou des baudriers réfrigérés (une innovation pour aider les hommes à moins souffrir de la chaleur). Pour éviter les mauvaises odeurs et mieux respecter l’environnement, ce sont des toilettes sèches qui sont apposés sur le bas-côté. En cas d’accident, 3 défibrillateurs cardiaques sont disponibles.

Le chantier est quasi permanent : du dimanche soir 22h au samedi soir 22h. Les équipes fonctionnent en 3×8, et si les opérations prennent du retard Vinci n’exclue pas de mobiliser des équipes le dimanche. L’enjeu est de ne jamais couper la circulation, hormis certaines nuits avec des fermetures de sorties. Pour l’instant, les travaux se déroulent sans accroc grâce à une météo favorable. L’an dernier ils s’étaient achevés avec une bonne semaine d’avance… et ça pourrait se reproduire.

La hantise d’une telle mission c’est qu’un accident survienne sur les voies encore ouvertes. Pour l’instant, rien de grave, juste quelques accrochages. Mais au cas où, un protocole spécifique a été élaboré avec les pompiers. Ils ont notamment une nacelle à leur disposition pour intervenir au plus vite auprès des blessés. Le GRIMP (l’équipe spécialisée dans les interventions périlleuses) a également pu s’entraîner sur le pont il y a quelques jours.

Plusieurs dizaines d’hommes et de femmes se relaient tous les jours sur le pont… mais aussi en-dessous, là-encore pour vérifier qu’il est en bon état et assurer quelques rénovations. Le tablier est soulevé à l’aide de verrins hydrauliques. Des opérations qui ne peuvent pas être réalisées en conditions normales de trafic. L’an dernier, Vinci avait pu accueillir des élèves pour faire visiter les lieux (avec gilet fluo, casque et chaussures de sécurité pour respecter la réglementation). Tout cela est impossible en 2020 à cause de la crise sanitaire mais le groupe ouvre les portes à ses équipes car ce sont des travaux rares. Seules quelques entreprises sont spécialisées pour ce genre de missions. A noter aussi qu’une collecte de déchets est prévue pour nettoyer les abords de l’A10 (et ce ne sera pas du luxe…).

Les travaux de l’A10 vont se poursuivre jusqu’en 2025 dans la traversée de Tours, toujours pour refaire le bitume. En 2021 ils s’étendront jusqu’à la zone d’Ikea avant l’arrivée des ouvriers à hauteur de Saint-Avertin.

Photos : Pascal Montagne

Print Friendly, PDF & Email