SociétéA la uneReportage-Société

De Mossoul à l’IUT de Tours, la longue marche de Fadi vers l’emploi

Depuis un an, l’antenne tourangelle de l’association Kodiko crée des binômes entre des réfugiés et des salariés volontaires pour aider ceux qui viennent de loin à trouver du travail ici. Reportage.

En Irak, Fadi a travaillé dans la supervision électrique et sur une plateforme pétrolière. Puis il a fui la région de Mossoul, gangrénée par l’Etat Islamique. En Jordanie, le jeune homme titulaire d’un bac +4 s’est fait embaucher dans une entreprise de surgelés. Finalement arrivé en France il y a un an et demi, il entame actuellement une formation en alternance entre l’IUT de Tours et une petite entreprise de Ballan-Miré.

L’histoire peu commune de Fadi, c’est celle d’un réfugié de 28 ans à la motivation sans faille. Évidemment son français n’est pas parfait, mais son niveau est excellent pour quelqu’un qui a commencé les cours il y a tout juste 18 mois. « Quand j’ai vu son CV j’ai très vite repéré son niveau élevé et ça m’a rassuré. C’est une bonne porte d’entrée » commente Jérôme Delaunay. Ce cadre d’EDF est le parrain de Fadi, celui qui l’accompagne depuis le printemps pour l’aider à trouver sa place dans le monde professionnel tourangeau. « Je trouvais l’idée belle, c’est une chouette opportunité à saisir. Quand j’étais étudiant j’avais pas mal d’amis qui venaient de l’étranger avec des parcours plus ou moins simples, ça me touchait de me replonger dans ce bain-là » nous dit-il.

75% de réfugiés au chômage, 5 ans après leur arrivée en France

Fadi et Jérôme se sont rencontrés grâce à l’association Kodiko. Financée par des entreprises (banques, agences d’intérim…), cette structure née à Paris en 2016 est arrivée à Tours il y a un an. Son ambition : donner un coup de pouce à des réfugiés souvent éloignés du milieu de l’emploi… « Au bout de 5 ans en France, seule une personne sur 4 a trouvé du travail. 75% sont au chômage » pointe MIlena Aimé, la coordinatrice de la structure en Indre-et-Loire. « Ce que nous cherchons c’est à mettre en relation des réfugiés et des entreprises pour assurer la transmission des codes culturels et professionnels au cours d’un accompagnement individuel et collectif de 6 mois avec des salariés volontaires qui reçoivent ces personnes une dizaine de fois pendant des rendez-vous de 2h pour travailler sur la recherche d’emploi, le CV, la lettre de motivation ou le développement du réseau » poursuit la jeune femme.

Jérôme Delaunay est donc un de ces salariés volontaires. Un matin, il raconte ne pas avoir hésité à appeler tout son réseau de clients et à mobiliser ses collègues pour aider Fadi à dénicher une entreprise qui l’accepterait en alternance, une condition indispensable pour la validation de sa formation. Et ça a payé : « si j’ai trouvé, c’est grâce à Jérôme, grâce à toi » souligne Fadi qui vient de faire ses premiers pas dans la société en question… « Ça se passe bien, là-bas ils sont tous très gentils et n’hésitent pas à me répéter les choses si je ne comprends pas. »

P1080416

Près de 50% d’issues positives après l’accompagnement

Pour le jeune irakien, installé à Tours, l’entame de cette nouvelle expérience est une délivrance : « en arrivant, j’ai essayé l’intérim, j’ai donné mon CV plusieurs fois mais ça ne marchait pas » se souvient-il, alors même qu’il maîtrise aujourd’hui trois langues (arabe, anglais et français). « Au vu de son projet, je lui ai expliqué que pour mettre un pied dans le monde professionnel il valait mieux faire d’abord une formation que de chercher un emploi tout de suite afin d’avoir une référence française sur son CV » explique Jérôme Delaunay qui estime que cette année supplémentaire permettra de mettre en valeur les compétences de Fadi déjà acquises en Irak.

« Quand les réfugiés arrivent, la plupart n’ont jamais eu d’entretien d’embauche. Notre objectif c’est qu’ils reprennent confiance en eux, qu’ils soient autonomes dans leur recherche d’emploi. Ce programme permet de les remotiver » assure Milena Aimé qui organise régulièrement des ateliers théâtre, des speed-meetings ou des séances de groupe pour travailler la communication non verbale. Sur les 25 premières personnes accompagnées de fin 2017 à début 2018, « on a eu 39% de sorties positives, c’est-à-dire un CDI, un CDD ou une formation qualifiante. Sur la deuxième session qui se termine en octobre nous sommes déjà à 49% de sorties positives » note la structure Un troisième groupe de 25 réfugiés doit être accompagné à partir du mois d’octobre et Kodiko cherche actuellement des entreprises ou salariés prêts à les soutenir.

 

Le site web de Kodiko.

Print Friendly, PDF & Email