Société

Covid-19 : dès samedi 16 janvier, couvre-feu à 18h en Touraine

Ce qu’il faut retenir des dernières annonces du gouvernement.

6,2% de tests positifs soit 959 cas détectés en une semaine, du 4 au 10 janvier : ce sont les derniers chiffres disponibles sur la diffusion du coronavirus en Indre-et-Loire. 65 personnes originaires du département sont hospitalisées en service de médecine conventionnelle et 33 soignées en réanimation. Au niveau national « le virus continue de circuler activement partout en Europe. Notre situation reste préoccupante même si elle s’est stabilisée autour de 16 000 cas par jour » a dit le 1er ministre ce jeudi soir, en ouverture d’une nouvelle conférence de presse en forme de point de situation sur l’épidémie. Près de 25 000 personnes sont hospitalisées dans le pays, près de 2 700 en réanimation.

« Notre stratégie a été la bonne. Nous avons pu passer les fêtes de fin d’année sans flambée épidémique. Notre situation est maîtrisée mais fragile » a expliqué Jean Castex en référence à la diffusion des variants anglais ou sud-africains du Sars-Cov-2, autrement dit des mutations génétiques plus contagieuses que la souche majoritairement détectée dans notre pays. Selon le ministre de la santé, la souche d’origine britannique représente actuellement entre 1 et 1,5% des cas dans l’hexagone. Elle semble néanmoins sensible aux vaccins contre la maladie, « une bonne nouvelle » d’après Olivier Véran. Pour éviter une flambée des infections, des tests Covid négatifs sont toujours exigés pour chaque personne entrant en France depuis la Grande Bretagne.

Quelles nouvelles mesures ?

Le gouvernement craint que le variant anglais devienne la souche dominante en France. Dès lundi, un test négatif sera obligatoire pour tous les voyageurs souhaitant entrer en France depuis un pays extérieur à l’Union Européenne, et ils devront s’isoler pendant 7 jours puis faire un test PCR avant d’être autorisés à circuler sur notre territoire.

Chez nous, en Touraine et dans toute la métropole, couvre-feu à 18h dès ce samedi et pour au moins 15 jours. Jusqu’ici seul le Cher était concerné par cette mesure en Centre-Val de Loire. « Dans les 15 départements où le couvre-feu a été avancé dès le 2 janvier, la hausse des cas y est 2 à 3 fois plus faible que dans les autres départements métropolitains » a justifié Jean Castex. Plus aucun département n’affiche un taux d’incidence inférieur à 50 nouveaux cas Covid pour 100 000 habitants ce qui est l’objectif à atteindre pour le gouvernement afin de stopper l’épidémie.

Pas de nouveau confinement mais pas d’activités scolaires et extrascolaires en intérieur

L’objectif de la mesure est de réduire les contacts sociaux tout en maintenant au maximum l’activité économique. Des dérogations restent en place avec attestations : déplacements professionnels, sorties du chien, aide aux personnes vulnérables, trajets pour raisons de santé… Les commerces devront tous fermer à 18h, pour compenser la baisse d’activité le premier ministre les appelle à ouvrir pendant la pause déjeuner. Jean Castex exige également des préfets qu’ils contrôlent les jauges d’accueil du public dans les boutiques (l’affluence est limitée pour éviter les contaminations.

Le gouvernement estime donc que pour l’instant il n’y a pas lieu de décider d’un nouveau confinement, notamment parce que 16 000 cas par jour en moyenne c’est beaucoup moins que les 50 000 atteints à l’automne. Cela dit « si nous constations dans les prochains jours une dégradation épidémique forte nous devrons mettre en place un nouveau confinement » assure le locataire de Matignon ajoutant que les établissements scolaires restent ouverts. « Nous souhaitons tout faire pour éviter une fermeture comme en Angleterre ou au Danemark » dit Jean Castex. En revanche fini les activités physiques scolaires et extrascolaires en intérieur. Autrement dit, les ateliers culturels qui venaient tout juste d’être réautorisés en Indre-et-Loire sont amenés à être suspendus.

Protocole renforcé à la cantine

Le ministre de l’éducation nationale a précisé les choses :

« On maintient le fonctionnement en mode hybride – moitié en présentiel, moitié à distance – au-delà du 20 janvier au lycée. Nous considérons qu’il est efficace. Au collège, lorsque des établissements connaissent des contraintes, ce mode hybride peut être autorisé de manière exceptionnelle par le rectorat. »

Pour les cantines, à l’école primaire, fini le mélange entre les classes. Si ce n’est pas possible, Jean-Michel Blanquer demande l’élargissement des horaires de prise des repas voire la mise en place de repas à emporter en classe. Il y aura également 1 million de tests réalisés par mois pour le personnel et les élèves, directement dans les établissements. Ce sera le cas ce vendredi au lycée Victor Laloux à Tours-Sud. Chaque fois qu’il y aura 3 cas de contamination, les autorités seront en mesure d’envoyer des équipes pour assurer des dépistages.

A retenir enfin :

  • Dès le 25 janvier, autorisation des travaux dirigés par demi-groupes pour les étudiants de première année à l’Université de Tours
  • Dès lundi 18 janvier ouverture de la vaccination pour les personnes présentant un fort risque de développement d’une forme grave de la maladie à cause de leurs fragilités de santé soit 800 000 personnes potentiellement concernées. Cela concerne les personnes souffrant notamment d’un cancer ou d’une trisomie
  • Pour ces patients, une ordonnance suffira pour obtenir une injection
  • La prise de rendez-vous sera possible dès ce vendredi, mais face à la demande et au peu de doses disponibles il faut s’attendre à des délais conséquents avant d’obtenir un créneau
  • Le site web pour prendre rendez-vous : www.sante.fr ou 0 800 009 110 par téléphone (numéro vert gratuit ouvert 7 jours sur 7 de 6h à 22h)
Print Friendly, PDF & Email