ChroniquesChroniques-Culture

[Cinéma] Regards #20 : Visages Villages, Grand froid et Le Grand Méchant Renard

Dans Regards, retrouvez l’avis de Stéphanie Joye sur quelques films à l’affiche dans les cinémas tourangeaux. Histoire de vous donner envie, à votre tour, d’aller passer un moment dans les salles obscures.

Visages Villages (documentaire français)

De Agnès Varda et JR

Ce film a été présenté hors-compétition au Festival de Cannes 2017, où il a été très remarqué

1_visagvillage

Agnès Varda, la cinéaste amoureuse de l’image, a rencontré en 2015 l’artiste photographe JR, œil avisé, installateur original à la réflexion pointue. De là est née l’envie commune de collaborer. Désireux de tirer profit l’un l’autre de leurs questionnements, ils ont choisi, à l’improviste et modestement, de sillonner des villages français et de parcourir au plus près des visages d’habitants, pour capter la vie et le sens des lieux et des identités. Mais aussi pour faire vivre la photographie autrement : par encollages muraux, à l’échelle gigantesque, et en plein air.

Agnès Varda, JR. Il y a quelque chose de très respectueux dans leur rapport inter- générationnel. Joyeux, rieurs, complices, ils ont les idées qui fusent. Avec calme et patience naturelle, ils prennent plaisir à rencontrer toutes ces personnes et à les rendre acteurs de ce projet aussi sympathique que poétique.

Les villageois se prêtent au jeu ; la grandeur qui ressort sur les façades révèle une authenticité dingue, de celles de vieilles cartes postales. Le matériel photographique utilisé par JR est une invention géniale et magique : son photomaton-camion imprime l’image en format papier immense, aussi instantanément que le ferait un polaroïd.

Tout n’est que joie de vivre, douceur, sourires. Femmes en usines, marins, agriculteurs … : grâce à cette expérience, ils sont tous fiers de devenir, de façon pérenne, « des œuvres d’art » à qui l’on rend hommage.

La démarche est propice à mettre en avant le bonheur simple, de rendre sa grandeur et sa noblesse à l’individu et à la collectivité. Il restera en mémoire l’Humain, ainsi que la merveille de ces œuvres monumentales, marquages du temps qui passe et qui épouse les murs. Mais aussi, au final, une émouvante mélancolie enchanteresse nous reste dans le cœur : on nous a touchés par la grâce.

(En salles uniquement dans les Cinémas Studio de Tours)


Grand froid (comédie dramatique française, belge, polonaise)

De Gérard Pautonnier

Avec Jean-Pierre BacriArthur DupontOlivier Gourmet, Philippe Duquenne

2_grand_froid

Il faut croire que plus personne ne décède ou quoi … les temps sont durs. Chez Edmond Zweck, personne ne franchit plus le paillasson de sa boutique des pompes funèbres. Et puis, son patelin enneigé n’aide pas à faire venir foule. Quand Edmond finit par avoir (hourra) une commande, il envoie ses deux employés en expédition dans leur corbillard, pour on ne sait trop où mais on trouvera bien, suivis des proches du défunt dans leur voiture qui vont assister à l’enterrement (dans un village paumé que l’on trouvera bien). Bien vite perdu, le convoi tourne en eau de boudin, et c’est à s’en glacer les sangs !

Dans ce périple caustique et déjanté, une fois les personnages ayant bien gagné leurs galons, l’histoire s’essouffle et perd en rebondissement. Décevant ?

Il n’y a pas mort d’homme. On passe un moment posé, lent comme le couloir de la mort, dans ce corbillard-land-trip où les fossoyeurs, en se perdant, sont mordants. Les dialogues sont de petits pics incisifs qui font mouche et qui font rire, et bien souvent aux éclats. Le duo formé par Jean-Pierre Bacri et Arthur Dupont est plein de tendresse. Les situations cocasses dans lesquelles ils se retrouvent et leurs réactions abasourdies font penser à Fargo de Joel et Ethan Coen, maîtres du burlesque dingue et de la bêtise hilarante, des disproportions et des liens de causes à effets décalés.

C’est la mort qui guide la trajectoire, donc la route est froide, glaciale et gelée même, silencieuse, et l’ambiance est forcément noire et tordue ! Olivier Gourmet et Philippe Duquenne (acteur connu avec la troupe des Deschiens, excellent dans sont rôle ! ) apportent le meilleur d’eux-mêmes, avec un régal qui saute aux yeux. Bizarrerie absurde inattendue et très drôle, Grand froid fait passer un très bon moment, assurément.

(En salles uniquement dans les Cinémas Studio de Tours)


Le Grand Méchant Renard et autres contes (film d’animation français)

De Benjamin RennerPatrick Imbert.

3_mecht_renard

Un renard froussard et peu rusé couve des poussins à la demande du loup, tandis que des copains, comme le lapin et le cochon, ont pour mission, à la demande de la cigogne, de livrer un bébé. La vie de ferme un peu anormale…et déjantée.

Présentés tels des pièces de théâtre au début de chaque acte, les trois contes du Grand Méchant Renard se regardent comme un vrai film d’animation en trois parties tout aussi rythmées, fantaisistes et drôles les unes que les autres.

Graphismes aux fonds aquarellés, aplats des personnages et contours de feutre fin noir offrent un visuel poétique, épuré et singulier, dans lequel se meuvent les énergumènes dans un esprit Tex Avery à coups de pieds aux derrières hilarant : une bonne recette qui fonctionne toujours.

La mouvance propre aux personnages, et surtout leurs expressions de visages (moues, airs ébahis et autres yeux globuleux ahuris) font de cette petite pépite du dessin animé une réussite avantageuse sur les omniprésentes animations 3D : la personnalité, et des images que l’on n’oublie pas, non aseptisées, authentiques.

Si l’on est émerveillé par tant de spontanéité ludique, tendresse et poésie ne sont pas en reste. Le réalisateur d’Ernest et Célestine, auteur de la BD éponyme ainsi que de celle de ce Grand Méchant Renard, excelle dans l’art de la délicatesse fantasque, et assure même un très discret discours écologique sans moralisation, autour de la vie de famille et des amitiés.

Un régal sans prétention pour petits et (très très) grands. Fous rires familiaux assurés dans la salle.

(En salles uniquement dans les Cinémas Studio de Tours)

 

Print Friendly, PDF & Email