Société

Alice et Nicolas Stadler : les Tourangeaux numéros 1 aux Jardins de Chaumont

C’est une belle aventure que vivent Alice et Nicolas Stadler. Associés au sein de l’agence d’architecture intérieure et de design Stadler Design Studio, ce couple à la ville s’est lancé il y a quelques mois dans un défi de taille : être sélectionnés au festival international des Jardins de Chaumont. Une première pour ces Tourangeaux qui se sont entourés pour l’occasion du paysagiste Thierry Girault. Passées les étapes préalables : envoi de dossiers, oral de sélection, cahier des charges… ils ont été sélectionnés en ce début d’année parmi les 26 lauréats du festival 2017.

_es_9284 (c) Eric Sander

Dignes représentants du « jardin de la France » au festival international, les Tourangeaux se sont donc emparés du thème de l’année « Le Flower Power ». « On s’est avant tout demandé ce qu’était le pouvoir des fleurs » explique Alice Stadler. « Pour nous, c’est se retrouver au milieu des champs et de se laisser porter par le contraste des couleurs et des odeurs ». Leur jardin, nommé « De l’autre côté du miroir » est le numéro 1 en arrivant sur le site des Jardins de Chaumont, le premier qui confronte le visiteur au thème de l’année,  celui qui donne le tempo et lui ouvre ses sens. Un jardin pour lequel ils ont voulu jouer sur le contraste justement, en cherchant à surprendre. On retrouve ainsi  deux univers distincts : un premier à l’apparence boisé et vert, fait de murs végétalisés et de fougères et de l’autre côté au cœur d’une pièce au centre de la parcelle, un univers qui pétille, un champ de fleurs colorées qui s’étend à l’infini grâce à un subtil jeu de miroirs. Bluffant !

Un jardin qui émerveille, visiteurs comme spécialistes, à en croire les critiques quasi-unanimes sur le jardin des Tourangeaux. Du Figaro au JDD, en passant par France Info ou le magazine Extérieurs Design, qui a même décidé de parrainer le jardin, les Tourangeaux ont en effet émerveillé leur monde. Une belle surprise pour Alice et Nicolas Stadler. Pour ces designers, participer aux Jardins de Chaumont était avant tout une sorte de récréation dans leur quotidien, l’occasion de se faire plaisir avec une carte blanche mais aussi de relever un défi. « Cela nous a fait du bien d’y participer parce qu’on aime créer, mais au quotidien la création prend peu de temps dans notre travail. Notre quotidien est plus fait de visites et de suivis de chantiers ».

_es_9303(c) Eric Sander

Associés depuis 2012 au sein de leur agence, Alice et Nicolas Stadler travaillent au quotidien pour des entreprises et particuliers aux projets tout autres. En guise d’exemple : design de restaurants, de camions de régie TV, de bureaux d’entreprises (à l’instar du futur HQ boulevard Béranger) font parties de leurs projets actuels. Des univers loin de ceux des jardins, mais où la logique de conception se retrouve : « Pour Chaumont, on a conçu le jardin et on a travaillé avec un paysagiste, Thierry Girault, qui a sélectionné les fleurs avec des pépiniéristes. C’est un travail d’équipe ». Un travail d’équipe et un travail considérable, chaque participant recevant au départ une parcelle vierge. De l’installation du mobilier, à la préparation des plantes, face à un budget restreint, les Stadler et Thierry Girault ont fait appel aux proches et ont passé des jours à monter leur parcelle avant l’ouverture au public. « Nous avons la chance d’être à Tours donc à proximité, cela nous a permis d’y aller à plusieurs reprises » expliquent-ils. Oui car rappelons-le, le festival des Jardins de Chaumont est international et en cela accueille des artistes-paysagistes-designers de tous pays : Chine, Italie, Allemagne, Luxembourg… pour cette année.

Une opération riche dans tous les sens du terme, car Alice et Nicolas Stadler en ont bien conscience, participer aux Jardins de Chaumont offre une visibilité intéressante. Leur travail remarqué leur a d’ailleurs permis d’avoir des contacts pour de nouveaux projets paysagistes dans la région. Une autre facette du pouvoir des fleurs certainement…

Print Friendly, PDF & Email