Politique

Une brève histoire de swap au Conseil municipal de Tours

[ARTICLE ACTUALISE LE 20/01 A 14H00] Le Conseil municipal se réunissait hier pour seul point à l’ordre du jour : Le SWAP* (emprunt toxique). Nous rassurons nos lecteurs, nous n’irons pas sur le terrain glissant d’une explication in extenso du SWAP, notre collègue Mathieu Giua s’y étant risqué dans un article publié aujourd’hui

Ambiance légère pour sujet grave hier au conseil municipal de Tours. « J’espère qu’il va y avoir un peu de calme car nos voisins sont bruyants… ». A côté, se déroule dans une ambiance festive la galette du CCAS… On entend dans un bruit sourd « la ballade des gens heureux » filtrer à travers les murs qui séparent la salle du conseil municipal de la grande salle des fêtes de l’Hôtel de Ville.

Aujourd’hui un seul point à l’ordre du jour : l’emprunt toxique appelé « SWAP » qui va connaître son dénouement. Auparavant à 15h30, la presse a été convoquée par le groupe d’opposition « Tours 2020 ». Cécile Jonathan, élue PS, prend note de la négociation qui a eu lieu entre la filiale du Crédit Agricole et la ville de Tours. Elle regrette cette issue : « on aurait pu aller jusqu’au bout de la voie judiciaire comme la ville de Laval qui vient d’avoir gain de cause en justice à propos de son emprunt toxique ».

Après une brève présentation de l’adjointe aux finances, Françoise Amiot, les débats commencent. « Vous avez abandonné tout espoir de retrouver les sommes données aux banques au manque d’éthique et de déontologie » constate Cécile Jonathan. « Nous prenons acte de cette décision et l’on s’abstiendra !…» conclue-t-elle. Pierre Texier, élu communiste » s’insurge : « C’est la population qui paye ! ». Gilles Godefroy, élu FN, lui fait un constat : « les majorités se suivent et se rejettent à chaque fois la faute, les unes sur les autres ». « L’ancienne majorité a répondu aux sirènes des marchés financiers » termine l’élu frontiste. L’opposition socialiste appréciera.

Derrière les murs, on entend saxo et accordéon. Christophe Bouchet crie « je suis triste et en colèreLa dette de la ville est de 232 millions d’euros et l’on n’arrête pas de parler du poids de la construction du Vinci… Il faut arrêter avec ça. Dans les prochains conseils municipaux, on parlera aussi des emprunts « in fine » contractés en 1998 » dit-il en pointant du doigt, lunettes à la main, les élus d’opposition socialistes. Le ton monte. On assiste à ce que l’on redoutait : le renvoi mutuel de la faute. « Un peu d’honnêteté. L’ancienne municipalité n’a pas répondu aux sollicitations du Crédit Agricole quand elle a averti la ville » et de citer un ancien élu de Jean Germain, Yannick Lucas qui avait évoqué avec Françoise Amiot « avec le SWAP, on est dans la m… ! ».

« Je me réjouis que la ville se libère de ce poids » (Serge Babary)

S’ensuit une longue litanie de chiffres et arguments de l’adjointe aux finances. Le maire, Serge Babary reprend la parole « Toutes les histoires qui datent de 25 ans, c’est fini… ! ». Puis le maire lit le jugement qui a donné raison à la ville de Laval contre la banque qui lui avait fait contracter un SWAP. Le jugement renvoie à une médiation pour défaut de conseils. « Une fois pour toutes, cessez ce combat d’arrière-garde », adresse-t-il à Cécile Jonathan. « Si la ville avait dit oui aux avertissements de la banque en 2009, cela n’aurait coûté que 6,5 millions d’euros ! ». Un chiffre contesté par l’élue socialiste qui évoque elle un montant de 23 millions d’euros si le Swap avait été résilié à l’époque selon les conditions de la CACIB. Le maire met au vote : « Je me réjouis que la ville se libère de ce poids », la majorité applaudit…

Ce conseil municipal a eu aussi un goût amer pour un élu qui y siège depuis 21 ans maintenant. Gérard Gernot, fidèle de Jean Germain, tire sa révérence. Il démissionne à compter du 30 janvier et laisse sa place à autre proche de l’ancien maire de Tours, Nicolas Gautreau.

Une page financière se tourne donc. Une autre est à ouvrir, celle des emprunts « in fine ». Mais ça c’est une autre histoire… à suivre.

Print Friendly, PDF & Email