Politique

Transition écologique : et maintenant ?

Samedi dernier, la marche sur le climat organisée dans plusieurs villes de France a eu un écho plutôt inédit. Rarement, la mobilisation autour de la transition écologique aura touché un public si large et varié. A Tours, ils étaient ainsi entre 1200 et 2000 selon les sources à descendre dans la rue pour demander une meilleure prise en compte des questions environnementales dans les politiques publiques. Un succès qui ne doit rien au hasard.

« C’est unique en Touraine qu’un rassemblement autour du climat rassemble autant de monde venus d’univers différents » se félicite Emmanuel Denis, élu écologiste de la ville de Tours. « D’habitude il y a au mieux quelques centaines de personnes, là on voit qu’il y a une prise de conscience générale ».

Un succès dû à la conjonction de plusieurs facteurs selon l’élu tourangeau : entre le retentissement de la démission de Nicolas Hulot et les effets du réchauffement climatique « ressentis directement comme les inondations à Tours Nord suite à un orage ou la canicule de cet été ».

« J’ai trouvé Nicolas Hulot extrêmement sincère, il a eu un message fort en dénonçant la politique libérale menée mais aussi l’influence des lobbys » poursuit-il quand on revient sur la démission de l’ancien ministre et l’écho que cela a eu.

La question est maintenant quelle suite après cette mobilisation ? Avec son collègue EELV de la Métropole, Didier Vallée, Emmanuel Denis s’est fendu d’une lettre ouverte cette semaine, interpellant les députés LREM d’Indre-et-Loire, ainsi que le président de la Métropole Philippe Briand. Une lettre sous forme de cri du cœur : « Au sursaut citoyen, vous devez répondre par un sursaut politique en agissant contre ce «péril» qui nous menace. » écrivent-ils ainsi.

« On ne peut plus reculer les décisions, il faut agir maintenant »

En marge du séminaire de rentrée des députés LREM, où la question de la transition écologique ne fut que peu abordée, Philippe Chalumeau, le député de Tours se dit préoccupé par la question du réchauffement climatique, tout en défendant l’action menée par sa majorité  : « le bilan écologique est bon, même si on peut toujours faire mieux » dit-il citant pêle-mêle l’arrêt de l’aéroport de Notre Dame des Landes, l’augmentation de la part des aliments bio ou locaux dans les cantines, la sortie du glyphosate en 3 ans. Et concernant la « Marche pour le climat », le député de Tours de trouver cela « super, que la population souhaite agir pour la transition écologique »

« L’écologie est un sujet citoyen, il n’y a pas de clivage politique à avoir et il ne faut pas faire de politique politicienne sur cette question » explique Philippe Chalumeau qui se dit prêt à travailler avec tout le monde.

Pour Emmanuel Denis, il faut aller plus loin « Ne pas en rester aux déclarations d’intention, car bientôt ce sera trop tard ». Et l’élu local de plaider par exemple pour que la lutte contre le réchauffement climatique soit exclue du protocole de Cahors qui impose aux collectivités locales une limitation de leur hausse de budget à hauteur de 1,2% par an. « Il faut au contraire aider les collectivités locales à agir pour la transition écologique en fléchant par exemple des dépenses via une contractualisation. »

« On ne peut plus reculer les décisions, il faut agir maintenant » conclue l’élu écologiste tourangeau.

Print Friendly, PDF & Email