L'actualité Tourangelle à la bonne température
ArticlePolitique

Tours : l’avènement de Christophe Bouchet

Au sein d’un Conseil Municipal extraordinaire mardi 17 octobre, Christophe Bouchet a été élu maire de Tours par les élus de la ville. Il succède ainsi à Serge Babary, maire démissionnaire puisque devenu sénateur le mois dernier.

dsc_2793

05 avril 2014, la salle des fêtes de l’Hôtel de ville de Tours est pleine à craquer. Le Conseil Municipal se réunit ce jour-là pour désigner le nouveau maire de Tours, Serge Babary. Trois ans et demi après, le Conseil Municipal est de retour plus vite que prévu dans cette même salle pour une séance tout aussi extraordinaire. Serge Babary ayant démissionné pour cause d’élection au Sénat, les 55 élus de la ville doivent désigner son successeur, après plusieurs semaines de débats internes vifs se terminant par une guerre picrocholine que n’aurait pas renié Rabelais.

Dans une salle de nouveau pleine, on est loin cependant de l’effervescence de 2014. Cette fois, nul n’a renversé le maire sortant par le jeu électoral, aucune campagne, si ce n’est interne, n’a précédé ce vote symbolique, les 55 élus sont déjà en place et ne changent pas… Dans la salle beaucoup de connaisseurs et d’observateurs de la vie politique, des militants également et enfin des Tourangeaux qui pour certains sont des habitués des conseils municipaux. Oui car les conseils municipaux restent l’instance démocratique d’une ville, le moment où le débat se fait public et où les décisions se prennent avec une légitimité certaine et souveraine acquise par le suffrage universel.

dsc_2516
dsc_2840

Une séance solennelle et feutrée

Représentants du peuple, les élus devaient donc ce mardi 17 octobre, leur choisir un nouveau maire. Vainqueur de la primaire interne à la majorité, Christophe Bouchet devait logiquement se faire élire. Oui mais la veille, son adversaire battu, Xavier Dateu, annonçait le maintien de sa candidature à son tour, contre vents et marées.

Le rendez-vous s’annonçait donc moins prévisible que prévu, malgré un resserrement de la majorité autour de son candidat légitime dans les dernières 24 heures. Atmosphère électrique, mais à 12 volts seulement, à l’image de la Touraine et de sa langueur tant observée.

Et c’est ainsi que si ce n’est quelques escarmouches de principe entre opposition et majorité sur la démission du Conseil Municipal pour retourner faire élire le maire par les Tourangeaux, cette séance extraordinaire s’est finalement passée dans un calme solennel au rythme des lectures du code des collectivités avant chaque désignation et des votes des élus. A Tours, hier comme aujourd’hui, l’ambiance se veut feutrée en public, les conflits et autres voix élevées se faisant en coulisses à l’abri des regards, bien que de temps en temps par messages interposés, par voix de presse ou autres.

dsc_2738
dsc_2650-1

Christophe Bouchet élu au 1er tour, Xavier Dateu maintient un socle de soutiens

Elu dès le 1er tour avec 30 voix, contre 15 à son adversaire et 10 abstentions/nuls (groupes Tours à Gauche et Les Démocrates), Christophe Bouchet devient donc le nouveau maire de Tours jusqu’aux prochaines élections municipales de 2020 (ou 2021 si reportées). Une victoire qui consolide celle acquise la semaine dernière en vote interne de la majorité, où il n’avait récolté que 20 voix à égalité avec Xavier Dateu (il avait été alors désigné à la faveur de l’âge étant plus âgé de 3 ans). Une partie des ex-soutiens de ce dernier a donc joué la loyauté envers leur engagements à soutenir le candidat officiel de leur groupe. Pour autant, Xavier Dateu maintient un socle que peu attendaient lundi soir. Avec 15 voix (dont certainement quelques unes des 3 membres de l’opposition ne s’étant pas abstenus), le désormais ancien adjoint aux sports sort de cette élection la tête haute, même si les semaines et les mois à venir risquent de l’esseuler dans la nouvelle composition proposée par Christophe Bouchet et validée par le Conseil Municipal (le choix des adjoints a été voté avec 41 voix favorables et 14 abstentions/nuls).

dsc_26121

Christophe Bouchet, l’avait annoncé, il remanierait la majorité et les postes d’adjoints. Si ceux-là restent au nombre de 16 (plus les 5 adjoints de quartiers), on voit ainsi l’arrivée de Marion Nicolay-Cabanne en première adjointe, de Yasmine Benjador ou Henri Rousseau… Et pour équilibrer et apaiser les tensions nées la semaine dernière, Christophe Bouchet a aussi tendu la main à ses opposants internes : Jacques Chevtchenko reste finalement adjoint, tandis qu’Olivier Lebreton devient 2e adjoint dans l’ordre protocolaire. Des adjoints dont on connaîtra les délégations dans les prochains jours.

Le chantier est désormais ouvert pour le nouveau maire qui devra emmener sa majorité dans son sillage pour mener à bien les projets qu’il envisage dans les prochaines années. Voirie, sécurité, propreté urbaine, santé publique et développement durable, autant de thèmes mis en avant par le nouveau maire qui devra aussi gérer la question de la Métropole en faisant accepter Thibault Coulon en Premier Vice-Président comme il s’y était engagé. Et justement sur le poids et l’influence de la Métropole, le nouveau maire de glisser au détour de son discours de clôture de séance : « La politique de la ville de Tours se fera ici, dans cet Hôtel de Ville et pas ailleurs. C’est une des leçons de ce scrutin ». Christophe Bouchet est bien décidé à redonner un nouveau souffle à Tours. Il lui reste un demi-mandat pour le faire et prouver qu’il a bien l’étoffe d’un maire.

Crédits photos : Pascal Montagne

img_4907