PolitiqueA la une

Régionales 2021 : les écologistes entrent en campagne

 

On ne connait pas encore la date précise du 1er et du second tour des élections régionales. On sait qu’elles sont programmées en 2021, normalement en mars, mais peut-être en juin (à cause de la crise sanitaire). Quoi qu’il en soit, les formations politiques ligériennes se mettent en ordre de bataille pour lancer la campagne, à l’image des écologistes.

Depuis près de 5 ans, Charles Fournier est vice-président de la région Centre-Val de Loire en charge de la transition écologique et citoyenne ainsi que de la coopération. Membre du groupe écologiste indépendant, il est néanmoins associé dans la majorité du socialiste François Bonneau avec qui il a monté une COP régionale pour trouver des solutions locales au changement climatique. Cela dit, jusqu’à preuve du contraire, les deux hommes ne formeront pas un ticket commun dès le premier tour des élections régionales de 2021. Ex-candidat aux élections municipales de Tours en 2001, celui qui vit à Blois depuis 12 ans a officiellement été désigné chef de file d’une liste écologistes indépendante la semaine dernière. « Un certain nombre de forces pourraient nous rejoindre. On discute avec Génération.s, Ensemble, La France Insoumise ou le Parti Communiste » liste l’élu qui ne cite pas le PS.

Faut-il y voir une scission irrémédiable ? Pas nécessairement… Plutôt la volonté d’exister au maximum sous son propre emblème, et de tester son poids électoral dans un paysage politique en mutation. « La première priorité n’est pas tant le rassemblement de la gauche mais le rassemblement des territoires » insiste ainsi Charles Fournier. Il complète : « Quand un président sortant annonce sa candidature, c’est difficile de lui dire de se ranger dans une autre démarche. Le scrutin régional se faisant à la proportionnelle il permet l’expression de la diversité des projets. Nous allons porter un programme ambitieux au premier tour avant d’envisager un rassemblement de second tour. »

Ambition : insuffler un maximum d’idées vertes dans les actions régionales

Derrière cette déclaration, voici le raisonnement des écologistes : en 2015, leur liste avait rassemblé 6,6% des voix au premier tour contre 24,3% pour celle de François Bonneau. Après union, la gauche a conservé la Région qui semblait prête à basculer à droite. Lors des négociations entre politiques, « nous avons fusionné nos projets à la proportion de ce que les électeurs avaient décidé » rappelle le vice-président qui espère faire un meilleur score cette fois-ci, voire virer en tête, pour insuffler encore plus d’idées de son mouvement dans les actions concrètes de la région pour les 6 ans à venir.

Betsabée Haas.

D’ailleurs, Charles Fournier est plutôt du genre à ménager le président du Centre-Val de Loire. Pas d’attaque frontale, et même un bilan plutôt positif de la coopération : « On a pesé de toutes nos forces avec notre groupe de 10 élus et je crois qu’on a réussi à influencer les choix au-delà de ce que nous représentions. » Néanmoins, EELV n’a pas gagné à tous les coups, le meilleur exemple étant les divisions autour de l’avenir de l’aéroport de Tours.

« Arrêtons d’aménager le territoire, commençons à le ménager »

Parmi la dizaine de représentants écolos qui siègent actuellement dans l’hémicycle régional à Orléans, 6 repartent en campagne pour un nouveau mandat. On trouve évidemment Charles Fournier mais aussi le Tourangeau Benoit Faucheux ou Christelle de Crémiers. Parmi les nouvelles têtes, soulignons l’arrivée de l’élue tourangelle Betsabée Hass, adjointe au maire en charge notamment des parcs et jardin et qui figurera en haut de la liste puisqu’elle constitue en quelque sorte le binôme de campagne du candidat fanion. « La Région est un échelon de transformation des territoires très important » déclare-t-elle lorsqu’il s’agit de résumer l’origine de son engagement dans cette élection.

Pour lancer sa démarche électorale, EELV veut s’appuyer sur trois priorités :

  • « Prendre soin des uns et des autres ainsi que des écosystèmes, porter collectivement les solutions nécessaires à notre avenir. Il fau se serrer les coudes, arrêter d’aménager le territoire mais plutôt commencer à le ménager. »
  • « Transformer le modèle d’aujourd’hui. Sans courage politique, nous ne pourrons pas rétablir la justice sociale. A l’échelle de la Région nous pouvons porter des éléments déterminants dans l’économie, la recherche, les mobilités ou la santé. »
  • « Il faut une démocratie augmentée qui donne plus de place au ‘décider ensemble’. »

« Nos solutions sont sur le devant de la scène, tout le monde en parle. Dans ce mandat nous avons posé des graines pour montrer qu’un projet écologique et solidaire c’est crédible » avance Charles Fournier en notant que la démarche d’EELV rassemble déjà 350 personnes. « Avec la crise Covid on sent l’inquiétude et la colère. Le deuxième confinement risque de développer des tensions très fortes dans notre société. Nous devons faire attention à la santé mais dans des principes d’égalité, trouver ensemble des solutions qui soient acceptées et comprises » conclut le candidat. Ses propositions détaillées seront dévoilées ultérieurement.


Un degré en plus :

Lire aussi : le point sur le scrutin en Centre-Val de Loire

Print Friendly, PDF & Email