Politique

Régionales 2015 : l’UDI se pose en leader

Vendredi dernier, la famille du centre s’était donnée rendez-vous dans une brasserie de la place Jean Jaurès. Une soixantaine de militants et d’élus ont répondu à l’invitation de l’UDI d’Indre-et-Loire. Christophe Bouchet, président de la fédération centriste du 37, accompagné de Sophie Auconie, ex-députée européenne, recevaient dans leur fief tourangeau, le président de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde et le président du groupe des députés centristes, Philippe Vigier. Ce dernier étant en campagne pour prendre la tête de liste régionale pour un tandem UDI–Républicains.

8U6A0681

C’est un Christophe Bouchet souriant qui accueillait le 12 juin dernier, la probable tête de liste aux prochaines élections régionales de décembre prochain, Philippe Vigier accompagné du patron des centristes, Jean-Christophe Lagarde. Philippe Vigier était en terres tourangelles, tout comme son challenger « Républicains » la semaine d’avant. A moins de quinze jours de la désignation de la tête qui conduira les représentants du centre et de la droite ex-UMP, tous les déplacements de Philippe Vigier et de Guillaume Peltier sont observés à la loupe.

« La vassalisation, c’est non ! Le partenariat, c’est oui !»

Même si l’alliance entre les deux familles de droite n’est plus qu’une formalité, les deux prétendants ne se font pas cadeaux. Pourtant, l’avantage semble en faveur du patron des députés centristes. « Il existe une patte UDI » annonce dès le début de la conférence de presse, Philippe Vigier. « Nous, c’est proximité, confiance aux hommes et aux territoires et l’innovation ». Pour le député d’Eure-et-Loir, au discours teinté d’exigences et de détermination, pas question d’être supplétif au sein d’une droite unie. « Nous sommes tenaces, on veut être respecté…! ». « Il faut un vrai partenariat Républicains / UDI et cela Nicolas Sarkozy l’a compris. La vassalisation, c’est non ! Le partenariat, c’est oui !» rappelle Jean-Christophe Lagarde. Alors quand on pose la question au député-maire de Drancy d’une participation des centristes à la primaire à droite pour les présidentielles à l’automne 2016, la réponse est directe et franche : « Nous ferons notre choix avec nos militants début 2016 ». Les Républicains devront patienter après les Régionales.

Les neufs ou dix places éligibles sont très convoitées

Une fois la tête désignée, commencera alors, le difficile exercice de constitution des listes dans les six départements qui composent la désormais plus petite région de France. D’autant que les places éligibles commencent à être pourvues pour espérer rentrer à l’assemblée régionale Centre Val-de-Loire. Entre parité, équilibre des territoires, déçus des Départementales et places réservées, les neuf ou dix places éligibles sont très convoitées. En Indre-et-Loire, la liste d’union pourrait être conduite par Claude Greff, derrière en deuxième ou quatrième place, Patrick Cintrat, en troisième place, Sophie Auconie, suivi de Thibault Coulon vraisemblablement puis de Gérard Hénault et de Christine Fauquet.

L’été risque d’être chaud pour les candidats à la nomination. Dans son sac de plage, il ne faudra surtout pas oublié son téléphone…

Print Friendly, PDF & Email