Politique

Les sénateurs veulent faire connaître leurs missions

Isabelle Raimond-Pavero et Serge Babary (tous deux LR) font partie des trois sénateurs d’Indre-et-Loire élus en septembre 2017 avec Pierre Louault (UDI). Après deux ans de mandature, ils ont décidé de communiquer sur leur rôle au quotidien à la Chambre Haute du Parlement. Un rôle parfois méconnu du grand public, pour qui souvent, cette institution garde des contours obscurs.  

« Notre démocratie bicamérale est assise sur deux piliers que sont l’Assemblée Nationale et le Sénat, si on en enlève un ça ne va pas » attaque en préambule Serge Babary. « Il y a besoin de pédagogie pour expliquer les rôles de chaque institution » précise de son côté Isabelle Raimond-Pavero. Un équilibre que les sénateurs ont défendu avec vigueur au moment des discussions de réforme de la Constitution qui a soulevé la question de la suppression du Sénat. Un moment qui a permis à ce dernier de reprendre du poil de la bête et à se faire entendre. « En baissant le nombre de sénateurs on se couperait de l’essence même du Sénat qui est d’être la chambre des représentants des communes et des territoires » selon Serge Babary pour qui l’importance du Sénat se fait également parce que son propre temps électoral se fait en décalage du temps quinquennal imposé par la double élection Présidentielles-Législatives.

Le Sénat est-il ainsi le principal contre-pouvoir de la majorité gouvernementale ? Oui, grâce à son rôle de contrôle, mais pas seulement pour les élus de la Chambre Haute d’Indre-et-Loire qui louent le travail trans-partisan et les débats souvent plus apaisés que l’on y retrouve en séances ou en commissions.

Ces commissions elles constituent d’ailleurs le principal du travail de sénateurs. « Ce n’est pas parce qu’on ne nous voit pas en séance à la télé que l’on ne travaille pas » s’agace même un peu Serge Babary. Et avec un ton solennel, presque professoral, Isabelle Raimond-Pavero abonde avec en exemple son travail au sein de la commission des affaires étrangères et de la défense, en citant ses missions internationales comme celle à l’ONU dont elle revient tout juste, tandis que Serge Babary évoque lui son rôle au sein de la commission des affaires économiques pour laquelle il a participé à des groupes de travail sur l’agriculture, le commerce, la gratuité des transports ou encore l’impact des Gilets Jaunes sur l’économie…

Et si les deux sénateurs avancent de nombreux chiffres pour mettre en avant leur travail, entre interventions en commission, propositions de lois signées, questions écrites ou encore rendez-vous locaux… leurs missions restent malgré tout mal identifiées aux yeux du grand public, pour qui souvent leur rôle se restreint à un rôle de représentation sur le territoire local.  « Cela représente deux jours sur les sept que nous travaillons par semaine » expliquent les deux sénateurs qui partagent une permanence commune à Tours. Pas l’essentiel de leur travail donc, mais une partie importante à leurs yeux car elle permet de rester au contact des réalités permanentes.

Print Friendly, PDF & Email