Politique

Les hésitations de Marisol Touraine

Le moins que l’on puisse dire c’est que la Touraine et son sud voient beaucoup la ministre de la Santé ces derniers temps. Vendredi dernier puis ce mercredi soir, Marisol Touraine fait la tournée des sections du PS dans sa circonscription. De Chambray-lès-Tours à St Avertin et St-Pierre-des-Corps, la ministre consulte. Toujours accompagnée de sa fidèle équipe et du député sortant Jean-Marie Beffara, Marisol Touraine est bien présente mais d’un silence assourdissant quant à son soutien à Benoit Hamon. Un silence qu’elle est venue expliquer entre les lignes à des militants parfois désabusés, parfois compréhensifs.

« Je ne m’arrêterai pas sur de simples raisons formelles de parti ! ». Marisol Touraine a bien sa lecture très personnelle du résultat de la Primaire à gauche. A l’instar de Claude Bartolone, le président de l’Assemblée Nationale, la ministre a peut-être du mal à se reconnaître dans la candidature de Benoit Hamon. Elle veut préparer les esprits de son camp et des militants de sa circonscription. Pourtant, certains ne sont pas tendres avec le silence de l’une des figures importantes du gouvernement. « On attend de Marisol Touraine qu’elle donne sa position et qui elle va soutenir » déclare l’un des cadres du PS d’Indre-et-Loire.

Marisol Touraine laisse planer le doute

A y regarder de près, un début de réponse a été donné par le maire de Chambray-lès-Tours, Christian Gatard. Ce dernier vient tout juste de rallier la cause des marcheurs d’Emmanuel Macron pour des raisons internes aux socialistes tourangeaux. Difficile de ne pas y voir une onction et un accord tacite de la ministre à l’endroit de son fidèle ami de Chambray. Même si la ministre ne se prononce pas, elle laisse planer un doute certain. Mais Marisol Touraine a une problématique à régler : comment soutenir éventuellement son ex-collègue du gouvernement et en même temps ne pas fâcher Solferino afin d’avoir l’investiture du PS pour elle et son futur suppléant, Jean-Marie Beffara.

« Cet entre-deux n’est pas supportable » (un militant influent du PS)

Autre élément de réponse, Marisol Touraine et le député Beffara n’ont pas signé la tribune du président du Conseil Régional du Centre Val-de-Loire, François Bonneau, qui appelait à voter et soutenir Benoit Hamon. « Cet entre-deux n’est pas supportable » nous déclare un militant influent du sud-Touraine. Ce mercredi soir, la ministre a déclaré « qu’aucun candidat aux élections législatives n’aura la majorité » et elle attend de voir si « le programme de B. Hamon est rassembleur ». Mais surtout elle glisse qu’elle ne s’interdit pas de voter Macron même si elle n’est pas Macroniste. Alors Marisol Touraine est-elle une ministre équilibriste ? Peut-être. Mais elle est surtout entre deux feux, deux hésitations… Elle sait que se joue son avenir politique en Touraine. Alors il faut ménager les uns et les autres. Quitte à ne pas afficher un courage et des idées qui manquent aujourd’hui cruellement chez les socialistes.

Accusée de jouer personnel, M. Touraine n’en n’a que faire car seul compte aujourd’hui le résultat du mois de juin prochain. Pourtant, elle ne pourra pas échapper au bilan comptable du gouvernement, elle qui en fut l’un des piliers forts.

Print Friendly, PDF & Email