Politique

Législatives : les macronistes tourangeaux soulagés, Marisol Touraine attendra…

Soulagement. C’est que doivent ressentir ce matin les candidats aux investitures « macronistes » en Touraine.

DSC_5774Philippe Chalumeau

Après plus d’une heure de retard, le tout nouveau patron de la « République en Marche ! » s’installe devant son pupitre. Devant lui toutes la presse nationale et internationale. Richard Ferrand présente les près de 450 candidats « marcheurs ». En Touraine, tout le monde est suspendu aux paroles du bras droit d’Emmanuel Macron. Et puis après la conférence de presse, la liste tombe dans tous les départements.

Philippe Chalumeau, le référent départemental macroniste en Touraine est confirmé sur la 1ère circonscription, celle de Tours. Sur la 2ème, ce sera Daniel Labaronne, le maire de Bléré et sur la 4ème circonscription une militante de la première heure, Fabienne Colboc. La franco-allemande Sabine Thillaye portera l’étendard de « La République En Marche ! » sur la 5ème circonscription, celle du sortant Philippe Briand.

IMG_0286Fabienne Colboc

Ce mercredi au conseil fédéral des socialistes tourangeaux l’annonce de Marisol Touraine est mal passée

Et la 3ème nous direz-vous ? le mouvement d’Emmanuel Macron se réserve encore quelques jours pour prendre sa décision… Difficile ici de ne pas y voir une très probable candidature de la Ministre de la Santé, Marisol Touraine qui a affirmé sa volonté de se présenter sous la bannière « majorité présidentielle » tout en restant adhérente du parti socialiste. Seulement voilà, ce mercredi au conseil fédéral des socialistes tourangeaux l’annonce de Marisol Touraine est mal passée. Certains demandant même la tête de la Ministre en demandant le vote d’une motion de défiance. Ambiance sympathique depuis rue la Fuye, au siège du PS d’Indre-et-Loire. Vraisemblablement, le sort de la ministre sortante sera connue dès de le début de la semaine. Il ne fait guère de doute en cas d’investiture ou de non-présentation d’un candidat macroniste face à elle, que son suppléant sera Jean-Marc Pichon, adjoint au maire à St-Pierre-des-Corps.

En fait, depuis plusieurs semaines la manigance ministérielle se joue à huis clos. Une stratégie que la ministre ne souhaite pas assumer auprès des médias. Malgré les fuites et les informations, les journalistes et certains socialistes de hauts rangs assistent au jeu d’entre-deux de la locataire de l’avenue Duquesne à Paris. Réponse donc la semaine prochaine. En attendant, les investis se réunissent demain à Paris au quai Branly. Les quatre « marcheurs » tourangeaux feront le déplacement et dès lundi prochain se lanceront dans une campagne « éclair » de trente jours. Parmi eux, il y aura de futurs députés. Mais aujourd’hui pas facile de voir qui tirera son épingle du jeu. Les prochains jours du début de campagne seront décisifs. Mais aussi vital pour les deux grands partis, grands perdants de cette élection présidentielle.

Un degré en plus :

Philippe Briand, le député-maire de St-Cyr-sur-Loire et patron de Tours Métropole n’y retourne pas. C’est son fidèle bras droit et adjoint, Fabrice Boigard qui reprendra le flambeau pour représenter Les Républicains dans la 5ème circonscription. Une circonscription à haut risque pour la droite sortante avec la candidature d’une macroniste et un FN en embuscade.

Jean-Patrick Gille se serait bien passé d’une candidature macroniste. Lui qui a déjà face à lui, un écologiste, un communiste et un « gauche insoumise ». Une dispersion des voix qui risque bien de lui être fatal face à Philippe Chalumeau qui profitera certainement de l’effet de souffle des résultats du nouveau président de la République à Tours. Au milieu de ce combat, la candidate LR, Céline Ballesteros devra trouver sa place dans une campagne qui retiendra la fin du PS et l’émergence d’un nouveau mouvement.

Print Friendly, PDF & Email