L'actualité Tourangelle à la bonne température
Politique

Législatives : Grosses incertitudes chez les députés sortants socialistes…

Au lendemain du fiasco de la Présidentielle (6,34% des voix pour Benoît Hamon), le Parti Socialiste n’est plus que l’ombre de ce qu’il a été. Et si beaucoup annoncent déjà une défaite pire qu’en 1993 où le parti à la rose n’avait obtenu que 53 députés, les socialistes espèrent malgré tout sauver les meubles en local, grâce au bilan de leurs députés sortants. Ces derniers sont au nombre de trois en Indre-et-Loire et repartent tous sous la bannière socialiste, enfin pour l’instant. Oui car il y a l’épineux cas Marisol Touraine, investie par le Parti Socialiste mais qui a annoncé se ranger derrière la « majorité présidentielle » d’Emmanuel Macron. Et si « En Marche » a pour l’instant gelé la 3e circonscription où l’ancienne Ministre de la Santé tentera de se faire réélire au Palais Bourbon, le mouvement d’Emmanuel Macron a néanmoins précisé qu’il ne soutiendra Madame Touraine qu’à condition que cette dernière abandonne l’étiquette socialiste… Dans le cas contraire il se pourrait qu’un ou une candidate macroniste sorte du chapeau au dernier moment. Marisol Touraine va devoir faire un choix clair dans les heures qui viennent…

Pour les deux autres députés sortants, Laurent Baumel et Jean-Patrick Gille, la campagne s’annonce épineuse mais pour d’autres raisons. Ces derniers n’ont fait apparaître que très discrètement le logo du Parti Socialiste sur leurs documents de campagne. Bien que restés fidèles au PS, il faut minimiser le rappel au parti mais plutôt capitaliser sur leur mandat de sortant et l’aspect local. Le député frondeur de la précédente mandature, Laurent Baumel, sur la 4e circonscription, devra mener une rude bataille pour conserver son mandat au cours d’une campagne où il sera cerné de toutes parts avec non seulement son principal challenger de 2012 Hervé Novelli (LR), mais aussi la présidente du FN 37 Véronique Péan ou encore la candidate En Marche Fabienne Colboc, sans oublier Nadia Vezin, la candidate de la France Insoumise qui pourrait lui faire perdre de précieuses voix sur sa gauche…

A Tours, le député sortant Jean-Patrick Gille ne cache pas son inquiétude pour cette campagne qui arrive. Avec 9% des voix au premier tour des Présidentielles, le PS s’en est certes mieux sorti qu’au National, mais le score a de quoi inquiéter, surtout que dans le même temps, En Marche place face à lui, son ancien camarade de parti et leader du mouvement en Indre-et-Loire, Philippe Chalumeau. Le député sortant devra être vigilant aussi sur sa gauche où Claude Bourdin, le candidat de la France Insoumise a de bons espoirs de jouer les troubles fêtes dans une circonscription où Jean-Luc Mélenchon a obtenu plus de 23% des voix le mois dernier… Finalement, c’est peut-être de la division de la gauche avec la présence de Christophe Dupin pour EELV, mais aussi de Léonard Léma (PCF) que viendra le salut de Jean-Patrick Gille qui peut espérer dans ces conditions voir les autres candidats de gauche se court-circuiter et entrevoir une qualification au deuxième tour. Dans cette circonscription l’histoire pourrait se régler a la faveur d’une triangulaire avec Philippe Chalumeau et Céline Ballesteros la candidate LR qui espère bénéficier elle-aussi de cette division et donc l’éparpillement des voix de gauche, pour rafler la mise…