• CDNT
  • CDNT

Législatives en Indre-et-Loire : Le point circonscription par circonscription

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Le dépôt des candidatures est acté depuis vendredi dernier 18h. En Indre-et-Loire ils sont 67 candidats à se présenter sur les 5 différentes circonscriptions du département pour briguer un mandat de député. Des élections législatives forcément particulières un mois après la victoire d’Emmanuel Macron à la Présidentielle le mois dernier et le bousculement de l’équilibre politique établi depuis des décennies…

Récemment mis à jour4

1ere circonscription : le député sortant en grand danger

Vainqueur aisé il y a cinq ans, le député socialiste sortant Jean-Patrick Gille s’apprête à vivre une campagne toute autre cette année. Pour le socialiste, c’est avant tout la dynamique nationale et le déclin d’un PS en pleine décomposition comme autant de stygmates à porter qui compliquent la tâche d’une réélection. Candidat pour un troisième mandat consécutif (et une cinquième candidature d’affilée), Jean-Patrick Gille n’incarne pas la nouveauté, là où les Français ont semblé au contraires succombé aux vents d’un renouveau (d’apparence ou non) à la dernière Présidentielle. Le dégagisme (de façade) est à la mode et le député sortant risque de le payer, surtout que la concurrence sera rude sur une première circonscription d’Indre-et-Loire toujours regardée de près et symbolique.

A gauche, nous l’avons écrit, Jean-Patrick Gille peut souffler de voir le PCF-EELV et La France Insoumise présenter autant de candidats. Sans front commun, la gauche de la gauche risque de se répartir les voix et condamner toute chance d’être au second tour. En termes de voix, les trois candidats tous bien implantés à Tours devraient néanmoins capter une partie de l’électorat socialiste désabusé. Sur son centre, le député sortant devra également compter avec le leader En Marche 37, l’ancien camarade socialiste Philippe Chalumeau qui a prouvé au long de la campagne présidentielle qu’il savait fédérer. Celui qui est médecin dans le civil peut l’emporter grâce à la dynamique de l’élection présidentielle, ce qui constituerait une base solide pour le mouvement du Président Macron en Touraine. Enfin à droite, Céline Ballesteros mène pour le moment sa campagne dans l’ombre, un peu poussive mais avec des militants remontés avec la déroute présidentielle et qui quadrillent le terrain efficacement. Alors que peu la voyaient en capacité de détrôner le député sortant il y a quelques mois, la voici désormais jugée dans les « potentiels vainqueurs » à l’approche du sprint final…

Les candidats sur la 1ere circonscription :

CONTE Philippe (UPR), LAKIERE Emmanuel (DLF), GILLE Jean-Patrick (PS), LEMA Leonard (PCF), BALLESTEROS Celine (LR), LOIRE Maria (Alliance Ecologiste), BĖJEAU Lionel (Divers Droite), LECARDONNEL Laurence (FN), De JORNA Bruno (577), BOURDIN Claude (FI), DUPIN Christophe (EELV), ZICCA Mathilde (SE), BRUNET Anne (LO), CHALUMEAU Philippe (REM)

2e circonscription : le FN en embuscade

La 2e circonscription sera regardée de près le 11 juin prochain. Beaucoup analyseront en détails les résultats d’une circonscription sur laquelle beaucoup voient le FN y faire son meilleur score dans le département. Le Nord Est tourangeau notamment mais pas seulement, a voté en grand nombre pour Marine Le Pen en effet au premier tour de la Présidentielle, cette dernière arrivant en tête dans 30 des 55 communes de la circonscription… Un FN qui sera représenté par un de ses leaders dans le département l’avocat Stanislas de Ruffie. Face à lui, au PS et chez LR on a reconduit les figures des partis. La députée sortant Claude Greff pour la droite et l’Amboisienne Isabelle Gaudron au PS. Cette dernière candidate dissidente en 2012 (et accusée alors d’avoir fait perdre la gauche dans une élection où Mme Greff l’emporta de quelques centaines de voix) partira donc cette fois avec l’investiture officielle de son parti. Sur sa gauche elle devra néanmoins compter avec le candidat FI Fred Nobileau ou le communiste Fabien Coste ou l’écologiste Eric Beaugendre, qui devraient grappiller des voix notamment du côte de Montlouis, commune plutôt adepte par le passé aux votes à gauche du PS…

Les candidats de la 2e circonscription :

COSTE Fabien (PCF), LAMOUREUX Alexis (SE), De LA RUFFIE Stanislas (FN), RUDEAUT Catherine (LO), NOBILEAU Frederic (FI), DUFOURG Arthur (SE), LABARONNE Daniel (LREM), BERGERARD Virginie (SE), MORIN Pierre (Divers gauche), LELANDAIS Marc (577), GREFF Claude (LR), GAUDRON Isabelle (PS), LONJON Valerie (UPR), BEAUGENDRE Eric (EELV)

3e circonscription : Division à droite, Marisol Touraine esseulée 

Si le malaise Marisol Touraine (lire notre article d’hier) accapare en ce moment le champ médiatique, les enjeux de la 3e circonscription dépassent le simple cadre de l’ancienne ministre de la santé. A droite, Sophie Auconie y a trouvé un point de chute pour rebondir après quelques années d’errance politique, à devoir ronger son frein comme simple conseillère municipale de la majorité de Serge Babary. Oui mais le maire de Loches Marc Angenault était bien décidé à se présenter et fait campagne en tant que candidat dissident. Une épine sérieuse pour Sophie Auconie, Marc Angenault étant un élu de terrain reconnu… Sans candidat En Marche, avec une candidate officiellement PS esseulée, la droite a pourtant l’opportunité de reprendre à la gauche cette circonscription perdue en 2007 face à Marisol Touraine, déjà…

Les candidats de la 3e circonscription :

JOUHANNAUD Thomas (LO), ANGENAULT Marc (Divers droite), RUBEL Philippe (UPR), KUKULSKI Eva (FN), ADOLPHE Sylvie (FI), DECROP Francois-Xavier (DLF), De PREVOISIN Robert (Royaliste), LEBERT Ronan (PCF), PELTIER Marie-Agnes (EELV), AUCONIE Sophie (UDI), DELORE Claire (POID), TOURAINE Marisol (PS), HAGE Marie-Pierre (Alliance Ecologiste), GRANGE Numa (SE)

4e circonscription : En Marche pour battre le député sortant  ?

Une autre circonscription que le mouvement En Marche se verrait bien remporter. Il faut dire que le symbole serait fort, outre le choix de la candidate : Fabienne Colboc, adhérente de la première heure au mouvement du président de la République, cette circonscription est celle du député sortant frondeur Laurent Baumel. La question qui se pose est comment les électeurs vont juger le bilan de ce dernier, à la fois omniprésent médiatiquement, mais aussi marqué par l’échec du Parti Socialiste et de son impossibilité à produire une ligne politique claire. Fabienne Colboc pourrait donc être celle qui fera tomber le socialiste mais aussi le candidat de la droite, l’indéboulonnable Hervé Novelli, candidat sur cette circonscription depuis 1988, tour à tour élu puis battu. Pour certains, ce combat s’annonce comme celui de trop pour l’ancien ministre. Une circonscription où il faudra surveiller également le score de la présidente du FN 37, Véronique Péan, élue à Joué-lès-Tours.

Les candidats de la 4e circonscription :

De VRIES Geoffroy (Divers droite), VALIN Veronique (SE), HERVE Sophie (PCF), PEAN Veronique (FN), GENDRON Michel (EELV), COLBOC Fabienne (LREM), VEZIN Nadia (FI), BAUMEL Laurent (PS), POLIER Pierre (577), PRODHOMME Jean-Jacques (LO), MARZOUK Kemais (UPR), NOVELLI Herve (LR)

5e circonscription : l’après Philippe Briand

Après des mois à se taire sur son intention, Philippe Briand a finalement choisi de ne pas repartir vers l’Assemblée Nationale. Député de la 5e circonscription depuis 1993, Philippe Briand laisse un vide certain, lui qui a toujours su se faire réélire par le passé largement, face à sa meilleure ennemie, la socialiste Claude Roiron qui aura tenté en vain à 4 reprises de faire tomber l’homme fort de la droite tourangelle. La socialiste partie vers d’autres contrées et Philippe Briand ayant fait le choix, non cumul des mandats oblige, de rester à la tête de Tours Métropole, c’est donc un renouveau pour cette 5e circonscription. A droite, c’est Fabrice Boigard, fidèle lieutenant et premier adjoint de Philippe Briand à Saint-Cyr-sur-Loire, mais aussi ténor des Républicains 37 qui aura la lourde tâche, malgré son déficit d’image par rapport à Philippe Briand, de conserver le mandat de député à sa famille politique. Face à lui, dans le cadre des accords entre partis, c’est la radicale (PRG) Mélanie Fortier qui représentera également le PS. Cette dernière, n’en est pas à sa première campagne législative puisqu’elle était déjà candidate en 2007 sur la deuxième circonscription. Pour le mouvement En Marche du président de la République Emmanuel Macron, c’est Sabine Thillaye qui se présente sur cette circonscription avec l’hypothèse certaine de bousculer les habitudes. Dans une circonscription à la fois urbaine et rurale, l’équilibre sera néanmoins à trouver pour ces trois candidats plutôt « urbains » alors que face à eux se présentera Daniel Frazcak, un des leaders du FN local, qui compte bien faire un bon score et pourquoi pas créer la surprise… Un candidat au discours clairement tourné vers le milieu rural et qui compte bien joué justement sur la fracture rural-urbain. Aux Présidentielles, le parti d’extrême-droite était d’ailleurs arrivé en tête au premier tour dans une 15aine de communes dont Langeais.

Quant aux différents candidats de gauche (PCG-FI-EELV), ces derniers risquent d’être en difficultés dans une circonscription traditionnellement peu favorable à leurs causes… Comme ailleurs, l’abstention devrait jouer un rôle important avec selon le taux, une régulation pour la qualification au deuxième tour (12,5% des inscrits pour y accéder) et donc pour une éventuelle triangulaire voir quadrangulaire…

Les candidats de la 5e circonscription :

CHAZAL Augustin (577), DELIZ Erwan (EELV), FORTIER Melanie (PRG), THIEBAUT Sylvie (LO), ROUX Francoise (PCF), DURAND Aurelien (UPR), BRYCHE Robert (Le Trèfle), THILLAYE Sabine (LREM), FRACZAK Daniel (FN), BOIGARD Fabrice (LR), ASCAR Constance (FI), De FOUQUIERES Jean (DLF), VALLEE Patrice (SE)

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !