« Il faut des députés accessibles. »

Facebook
Twitter
Email

Les élections Législatives auront lieu les 12 juin pour le premier tour et 19 juin pour le 2e tour. Alors que les candidats et leurs militants lancent actuellement pleinement leur campagne, pour l’opinion publique cette élection parait encore éloignée mais les attentes sont là…

Les marchés sont généralement un repère des campagnes électorales et de leur dynamisme. Pour l’heure, alors qu’on sort de la période de l’élection présidentielle, les Législatives n’y ont pas encore pris pleinement leur place. En ce jeudi matin printanier sur le marché de la place Strasbourg à Tours, aucune trace de candidats ou militants en effet. Pour les passants et commerçants ces élections sont loin des préoccupations du moment, même si les attentes sont là…

« Je veux un député qui s’intéresse aux gens »

Michel, retraité

En interrogeant les passants sur le marché, les premières réponses sont assez formelles : « On ne veut pas répondre », « cela ne nous intéresse pas » … Albane, étudiante explique de son côté qu’elle ira voter mais qu’elle ne connait pas les députés ni leur rôle réel. Un peu plus loin, Michel, retraité, accepte de nous répondre sans grandes convictions : « Je vais aller voter comme toujours mais cela ne m’intéresse pas. » Ce dernier se dit « dégouté » par le niveau du débat de la présidentielle et celui de la politique en général : « Le débat politique se fait sans arguments, et le reste c’est un mélange de tractations pour des places. »

Pour autant Michel explique vouloir un « député qui s’intéresse aux personnes et à leurs problèmes du quotidien et notamment le coût de la vie. »

« Il faut des députés accessibles. »

Sébastien, commerçant

Le coût de la vie et le pouvoir d’achat sont les thèmes qui reviennent le plus souvent dans la bouche des personnes qui nous répondent. C’est ce que constate aussi Kilian, boucher installé sur ce marché : « Les Législatives on nous en parle beaucoup moins que la Présidentielle, mais ce que je retiens c’est surtout qu’ils s’inquiètent de l’augmentation du coût de la vie et de leur pouvoir d’achat. Certains nous expliquent que dès le 20 du mois ils ne peuvent plus rien acheter. »

Sébastien, dont le commerce se trouve juste en face de son confrère, interpelle, lui les candidats : « Les marchés ce n’est pas que des espaces pour distribuer les tracts. J’ai envie de leur dire qu’il faut soutenir les marchés car c’est le poumon des villes. Il faut des députés accessibles qui écoutent et essayent d’agir. C’est ça le plus important. »

Facebook
Twitter
Email
Agenda

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Agenda
Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !