Politique

Grosses chaleurs au Conseil municipal de Tours

Hier, le Conseil municipal s’est réuni alors que beaucoup ont déjà les yeux tournés vers les plages et les bords de mer. Des sujets chauds, rajoutant à l’ambiance lourde, sont venus à la table des discussions. C’est une opposition remontée qui s’est exprimée hier. De son côté, le maire, Serge Babary, a accusé les coups. Pour certains, les vacances vont être les bienvenues…

Il a fait chaud pendant cette dernière séance du Conseil Municipal avant les vacances d’été. Une chaleur combattue par un petit ventilateur devant la table de presse et par un climatiseur, un peu plus loin. Dans le public, une vingtaine de Tourangeaux ont répondu présent. Dehors, les terrasses des cafés sont remplies. Ce lundi, la politique municipale semble loin des préoccupations des futurs vacanciers.

« Il fallait en finir avec le clientélisme »

Le conseil débute par une intervention du maire Serge Babary. Il dénonce par la voix de l’association des maires de la Région Centre-Val de Loire, « la baisse drastique annoncée des dotations de l’Etat aux collectivités locales ». Il aura le soutien du groupe communiste. Pierre Texier et Josette Blanchet voteront la motion du maire, une fois n’est pas coutume. La « Plage », récemment inaugurée juste en face de la guinguette, s’invite dans les débats avec une question de Pierre Commandeur. Il souhaite connaître le contrat qui lie la société prestataire avec la ville de Tours. La réponse est renvoyée au prochain Conseil municipal. Serge Babary rappelle l’interdiction formelle de se baigner dans la Loire malgré les fortes chaleurs sur la Touraine. « J’assume cette interdiction. La Loire est dangereuse ». Le conseil se poursuit. Une longue intervention de Myriam Le Souef va mettre le feu aux poudres. Elle intervient sur les déclarations lues dans la presse locale concernant les subventions aux associations et les nouvelles modalités de location de salles. L’opposition réagit vivement. Jean-Patrick Gille dénonce les mensonges et cette façon de stigmatiser. Jacques Tchechenko, premier adjoint, prend la parole et assène : « Il fallait en finir avec le clientélisme !! ». Nous ne sommes pas loin de l’incident de séance. Monique Maupuis, élue PS, « se sent diffamée » par les propos tenus.

Une subvention pour un lieu culturel du vieux-Tours suscite des questions

Le lieu culturel Arcades Institute situé dans le vieux-Tours, interpelle les élus d’opposition. Une nouvelle subvention de 10 000€ vient d’être accordée à ce lieu qui avait déjà été aidé par la mairie. Françoise Amiot prend la parole et dans une longue réponse explique que cette subvention est fondée sur le patrimoine. On peut s’étonner d’une telle aide au moment où d’autres associations ou lieux voient leur subvention diminuer. L’explication de Mme Amiot intervient dans une ambiance en interne qui sent le brulé dans la majorité municipale. Initialement, les propriétaires d’Arcades Institute avaient fait une demande d’environ 50 000€ auprès de l’adjointe à la culture, Christine Beuzelin qui avait refusé d’aider à nouveau cet espace de concerts et d’expositions au motif que cela ne concernait pas sa délégation. Arcades Institute souhaitait ces 10 000€ dans le cadre des journées européennes du patrimoine fin septembre. Ce qui peut étonner, c’est le découpage de la subvention demandée :  5 000€ à la charge du patrimoine de la Ville et 5 000€ à la charge des Parcs et Jardins. A n’en pas douter, cette subvention et sa destination seront très surveillées par la mairie.

« Une baisse de 40% des cambriolages »

La fin du conseil municipal voit l’examen de la mise en place des « voisins vigilants » dans le quartier des Douets et Maréchal Ney à Tours Nord. Olivier Lebreton présente le dispositif et explique la mise en place des « référents » dans ces deux quartiers touchés par les cambriolages et souhaite « renforcer une action de proximité et de solidarité ». Leurs identités resteront secrètes. Pour l’opposition les besoins de sécurité sont réels et doivent s’inscrire dans une démarche solidaire. Une démarche qui pour elle, est contraire aux modes de nomination des « référents » de ce nouveau programme repris sous le terme de « protocole de participation citoyenne des quartiers Douets et M. Ney. » Nominations qui restent obscures aux yeux d’une opposition qui parlera par les voix de Pierre Commandeur et d’Emmanuel Denis. Oliver Lebreton est satisfait de ce dispositif qui viendra confirmer selon lui « la baisse de 40 % des cambriolages sur la ville ».

Au terme d’un conseil municipal au rythme aléatoire et aux sujets éclectiques, majorité et opposition se donnent rendez-vous le 12 octobre. En attendant, chacun aura pris le temps d’un repos bien mérité. Les Tourangeaux aussi.

Un degré en plus :

Pierre Commandeur, élu d’opposition ex-Modem rejoint le Front Démocrate. Ce parti est déjà représenté à Tours, au sein du Conseil Départemental par Dominique Lemoine, élu sur Tours Est. Par ailleurs, Pierre Commandeur, jusqu’à présent élu d’opposition non affilié à un groupe rejoint le groupe d’opposition « Tours 2020 » piloté par les élus PS.

Print Friendly, PDF & Email