Politique

Emmanuel Macron : version tourangelle

A droite et à gauche, les éléphants des partis traditionnels s’affairent à préparer les écuries pour les futurs candidats à l’élection présidentielle. Non sans mal. La France et son électorat volatile se préparent à connaître une élection qui marquera la Vème République. Le vent de la gronde et du changement planent. Un homme l’a compris. Il est aux manettes de l’économie du pays. Emmanuel Macron est « En marche ! » et avec lui ses têtes de pont départementales réunies la semaine dernière à Paris. Le mouvement politique et citoyen se prépare à consulter la France d’en haut, du milieu et d’en bas. En Touraine, le représentant du jeune ministre pas encore quadra s’appelle Philippe Chalumeau… Patron de la section PS de Tours, ce médecin généraliste et urgentiste œuvre pour donner à Emmanuel Macron l’élan et le soutien nécessaire si jamais…

8U6A1228

Pas facile de garder un socialisme uni en Indre-et-Loire. Entre les frondeurs et l’ex-motion B qui ont mis la main sur la Fédération du Parti Socialiste d’Indre-et-Loire il y a quelques mois et de l’autre côté ceux qui, comme Philippe Chalumeau, ont fait le choix de soutenir Emmanuel Macron, la synthèse voire le grand écart pour soutenir un candidat unique à la Présidentielle relève déjà de la gageure. Et ça l’actuel ministre de l’Economie du gouvernement Valls l’a compris. Celui qui n’est encarté dans aucun parti politique a décidé de ne pas respecter les codes des vieux partis : exit les investitures, exit la pensée unique décidée dans les QG du 7 ou 8ème arrondissement de Paris, Emmanuel Macron veut donner la parole aux Français, à tous les Français… Pour celui qui n’est pas encore candidat déclaré à l’élection suprême, le temps est la consultation et à l’écoute. Il y a une dizaine de jours, la petite équipe d’E. Macron a réuni les représentants de l’homme que certains voient comme la providence à un cataclysme électoral en 2017. Parmi eux, Philippe Chalumeau, 51 an, ancien élu socialiste sous l’ère Germain et médecin à Chambray-lès-Tours.

« Emmanuel Macron porte une démarche co-construite et pragmatique. Il est en phase avec ce que veulent les français… ! »

A n’en pas douter, la position difficile mais gérable pour l’intéressé va faire les gorges chaudes de ses amis socialistes… Mais Philippe Chalumeau n’en a cure : « Je n’ai aucune leçon de socialisme à recevoir ! », les détracteurs sont avertis. Philippe Chalumeau dresse le constat de l’ère Hollande et se tente à une métaphore footballistique « Il faut savoir changer le numéro 10 et choisir celui qui fera gagner l’équipe ». Pour lui qui avait voté pour ce président élu devant Nicolas Sarkozy, le compte n’y est pas. Alors quand on pose la question au médecin de savoir s’il va quitter le PS : « la question ne se pose pas comme cela ! ». Il existerait bien des socialistes Macron-compatibles, pourquoi pas. « Le contexte est compliqué au PS, l’équation n’est pas réunie pour trouver la solution… Entre les frondeurs, les autres, la Primaire,… on ne s’y retrouve pas ! ». Pas évident que les ayatollahs du PS voient cela d’un œil compréhensif et bienveillant. Philippe Chalumeau n’en a rien à faire : « Emmanuel Macron porte dans le temps une démarche co-construite et pragmatique. Il est en phase avec ce que veulent les français… ! ». Pas sûr que « Nuit Debout » et les milliers de manifestants contre la loi El-Kohmri soient de cet avis.

« Emmanuel Macron porte un nouveau contrat social ».

Alors quand on interroge cette tête de pont du jeune ministre en Touraine, sur la manière d’installer et de promouvoir Emmanuel Macron dans l’esprit des Tourangeaux, la réponse est tout de Go !. « Ce que veulent les français ? et bien justement nous allons leur demander. Nous allons aller à leur écoute, en porte-à-porte et recueillir les verbatim de milliers de français ». Pour cela Emmanuel Macron a fait appel à la crème des entreprises d’analyses et d’opinions en matière politique, la start-up de stratégie électorale « Liegey, Muller et Pons ». Déjà certains élus socialistes tourangeaux sont séduits par « Macron le phénomène ». On dit Jean-Jacques Filleuil, sénateur PS d’Indre-et-Loire, très en phase avec le jeune ministre. A Tours, se murmure des noms d’anciens adjoints à Jean Germain voire de membres de l’opposition municipale actuelle. Alors Philippe Chalumeau va-t-il faire des petits en Touraine ? Certainement, mais la plupart restent cachés. Il faut dire que la crise couve chez les socialistes qu’ils soient de Touraine ou d’ailleurs. L’entrée de Macron dans la course à l’Elysée viendrait sonner le glas d’un socialisme en déshérence mais aussi d’un centre-droit qui a loupé le coche de s’imposer au moment où l’ex-UMP explosait. Pour Philippe Chalumeau, « si l’on ferme le débat à la seule opposition droite / gauche, on est mort !!! ». « Emmanuel Macron porte un nouveau contrat social ».

Les prochaines semaines vont être chargées pour « Philippe le Macroniste ». Porte-à-porte, puis organisation de la structure tourangelle. Le but pour le mouvement est d’avoir 300 coordonnateurs sur l’ensemble du territoire. Et puis, le début juin sera l’occasion pour ce médecin de voir son futur candidat de près. Emmanuel Macron est attendu à Tours, le 10 juin à Mame pour la pépinière « French Tech ». En attendant, la page Facebook d’En Marche ! compte plus de 32 000 amis et plus de 12 000 personnes se sont inscrites sur le site web du mouvement… Un mouvement qui rappelle une élection d’un autre temps, d’un autre pays. En 1960, les américains ne supportaient plus les vieux caciques et rengaines de la guerre froide et du patriotisme aveugle de Mac Carthy. Cette année-là, en 1960, « A time for Greatness » été scandé par un jeune quadra, il s’appelait John Kennedy. Un temps de la grandeur qui manque à la France et… à Emmanuel Macron.

Print Friendly, PDF & Email