Politique

Elections départementales : premiers tours de roues pour le tandem UMP–UDI

Alors que la gauche partira divisée, c’est unis que la droite républicaine et le centre partiront à la conquête du Conseil Général. Ce dimanche 25 janvier, c’est sous le soleil de Touraine et sur le parvis de la mairie de Saint-Cyr-sur-Loire que les 19 binômes UMP-UDI se sont prêtés à la photo de famille.

   Photo de famille candidats UMP UDI

Ce sont 26 candidats UMP et 12 candidats UDI qui feront alliance dans le but de faire passer à droite l’assemblée départementale. Parmi les candidats, les deux futurs présidentiables, Jean–Yves Couteau (UDI) et Jean-Gérard Paumier (UMP), qui pourraient prendre la place de Frédéric Thomas au lendemain du 29 mars.

8U6A1657Jean-Yves Couteau (UDI) et Jean-Gérard Paumier (UMP), les « présidentiables » à droite

Pour ce rassemblement, un seul mot d’ordre : l’unité.  L’unité d’abord devant les électeurs puis devant une gauche morcelée. Pour Philippe Briand, Député–Maire de St-Cyr-sur-Loire, Président de Tour(s)Plus et Président de l’UMP 37, « C’est une équipe unie qui va en campagne pour prendre la responsabilité du Conseil Général. C’est une grande première en Touraine ! Dans cette équipe, il y a une très jolie ambiance ».

A Ecouter, l’intervention de Philippe Briand à notre micro :

Christophe Bouchet, adjoint au maire au rayonnement de la ville à Tours et Président de l’UDI 37, est heureux de découvrir des nouveaux candidats, « avec ces tandems on a fait un amalgame qui est très séduisant entre les expérimentés et les nouveaux. On a voulu des candidats bien implantés dans leur territoire… ».

Hier, à St-Cyr, il y avait comme une ambiance festive au goût de reconquête d’un département qui a échappé à la droite aux deux dernières élections départementales. Une perspective de victoire semble être dans l’esprit de beaucoup de militants mais pour les candidats, le mot d’ordre est de ne pas afficher une éventuelle suffisance. Il faut respecter l’adversaire. Et à propos d’adversaires, la droite et le centre en auront. La gauche, bien sûr, mais divisée entre le PS et le Rassemblement «Ecologique, Social et Solidaire », mais aussi le Front National en embuscade dans certains cantons.

Le lancement officiel de la campagne hier, avec la présentation des binômes à droite, marque le début de l’affrontement des idées. Affrontement sur fond de crise économique et politique et de tensions communautaires qui outrepassent les compétences d’un Conseil Général. Mais cela, c’est une autre histoire…à suivre.

Crédits photos : Arnaud Roy pour 37°

Print Friendly, PDF & Email