Politique

Elections départementales : « NKM » à Tours pour une refonte de l’UMP et un appel au militantisme « 2.0 »

A une semaine des élections départementales qui devrait voir la carte de France des départements profondément remaniée, Nathalie Kosciusko–Morizet, n° 2 et vice-présidente de l’UMP, a fait le déplacement à Tours. L’occasion pour cette polytechnicienne, ancienne Ministre de l’Ecologie de rendre visite aux candidats UMP et UDI d’Indre-et-Loire en lice pour le scrutin des 22 et 29 mars prochains.

8U6A0248

C’est le soleil de Touraine, que « NKM » est venue chercher ce samedi, sur le marché des Halles pour accompagner les candidats UMP et UDI aux élections départementales. Son déplacement dans ce quartier n’est peut-être pas le fait du hasard. En effet c’est dans le fief de Nicolas Gautreau, conseiller général PS sortant et ancien adjoint de Jean Germain, que l’ancienne candidate à la mairie de Paris est venue soutenir le binôme UMP- UDI Céline Ballesteros et Thomas Gelfi. Un petit coup de pouce ne faisant jamais de mal quand on sait que ce canton de Tours (*) pourrait être l’un des rares à rester à gauche au lendemain du 29 mars. Une grande partie de la famille UMP était présente pour recevoir NKM. Philippe Briand, député–maire de St-Cyr/Loire et président de Tour(s) Plus, Serge Babary, maire de Tours, Angélique Delahaye, députée européenne et Claude Greff, députée de la 2ème circonscription.

Signe d’une victoire annoncée pour la droite, l’ambiance était détendue. C’est à l’arrière d’une cour intérieure d’un des nombreux cafés bordant les Halles de Tours, que la vice–présidente de l’UMP a répondu à la presse. Entre évocations de la politique du gouvernement Valls et transformation profonde de l’UMP, NKM veut que son parti politique soit plus attractif aux sympathisants et militants « 2.0 ». Une UMP qui devra changer de nom et faire de « la politique autrement » au moment où se développe un militantisme numérique favorisé par les réseaux sociaux mais aussi par la mutation des supports d’informations (tablettes, smartphones, …).

37 degrés, pure-player d’informations a voulu en savoir plus et aller poser la question à celle qui fut aussi Secrétaire d’Etat au numérique à l’origine des ateliers des « élus 2.0 ».

(*) : Canton de Tours 4 (ex canton de Tours Ouest)

Print Friendly, PDF & Email