Politique

Elections départementales : le PS et ses partenaires se lancent dans la bataille

Ce dimanche 1er février, la grande famille PS d’Indre-et-Loire s’était donnée rendez-vous à Amboise pour présenter ses binômes qui partiront en campagne dans les prochains jours. Associés au Parti Radical de Gauche (PRG) et au Modem, les candidats socialistes aborderont cette élection sur le thème de la proximité et du bilan. Pas question de faire référence à la politique nationale et celle du gouvernement. C’est au plus près des électeurs que les candidats socialistes, une candidate Modem, un candidat PRG et des candidats issus de la société civile battront le pavé des campagnes et villes de la Touraine. 

8U6A1703

« L’action du Conseil Général agit dans la vie concrète des gens. Cette élection est une élection locale et non nationale ». Frédéric Thomas est clair et annonce la couleur de ces élections départementales. Pas question, pour le président du Conseil Général et le parti socialiste tourangeau de faire campagne sur des thèmes nationaux. Trop risqué et loin des préoccupations des citoyens qui peinent à s’y retrouver entre les différentes strates des collectivités locales. Pour les binômes choisis, parmi la plupart de socialistes et de leurs partenaires Modem et PRG, la campagne se fera au plus près des électeurs et sur le bilan depuis 2008.

8U6A1697

« J’en appelle à la responsabilité de chacun » (Frédéric Thomas) 

C’est avec le slogan « #Ma Touraine » que les 17 binômes (et non 19 au jour où nous écrivons ces lignes) présenteront leurs arguments et leur programme qui devraient s’articuler autour de cinq thèmes principaux : L’Emploi,  l’Education, l’Aide aux générations, le Département Durable et l’Aménagement équilibré du territoire. « Nous allons clamer notre attachement à notre territoire, à son patrimoine, ses paysages et la qualité de ses services publics… » lance Frédéric Thomas aux candidats rassemblés dans le petit amphithéâtre de la médiathèque Aimé Césaire d’Amboise. « Nous sommes le 5ème département où la qualité de vie est la meilleure en France. Avec notre slogan « #Ma Touraine », c’est une déclaration aux tourangeaux et à leur territoire ».

8U6A1707

Cette déclaration résonne comme une main tendue aux électeurs qui se rendront dans les urnes en mars prochain. Et cette main, le PS et ses partenaires espèrent bien qu’elle sera saisie par un électorat qui serait tenté de ne pas se déplacer dans les bureaux de vote. L’abstention attendue pourrait voir le PS mais aussi les autres forces de gauche qui ont choisi de pas faire alliance avec les socialistes d’être absents au second tour de l’élection. « Nos adversaires sont la droite et l’extrême droite. Il n’est pas concevable de voir rentrer au Conseil Départemental, des élus Front National et de voir le retour de la droite aux responsabilités départementales ». Les mots de Frédéric Thomas, partagés par le 1er secrétaire du PS 37, Michael Cortot, sonnent comme un avertissement sur la gestion des années 2000 au moment où la droite était aux commandes du département. « Entre 2002 et 2007, c’est plus de 100 millions de dettes qui ont été contractées par la droite » martèle F. Thomas. « Notre volonté affichée et forte sera de proposer un programme finançable et crédible. Nos adversaires annoncent déjà la non-fermeture de collèges, c’est de la démagogie. Nous, nous ferons une campagne de convictions et de vérités ! ». Pour le Président du Conseil Général, c’est une opération sincérité qui doit dicter cette campagne loin d’être gagnée pour la gauche, toute la gauche. Et quand, on évoque avec lui les dissidences de l’ancien maire de La Riche, Alain Michel, ou celle de l’ancien Adjoint de Jean Germain à Tours, Claude-Pierre Chauveau, il répond promptement « j’en appelle à la responsabilité de chacun. Pour ma part, je n’aurai pas de positions ambigües ».

8U6A1698

Ce dimanche sur les hauteurs d’Amboise, c’est bien en leader du département que le chef de l’exécutif du Conseil Général, Frédéric Thomas, a lancé la campagne pour la gauche socialiste. Une campagne qui, au regard de certains, pourrait celle qui sonne le glas et, pour d’autres, un renouveau dans l’attente du Congrès National des Socialistes en juin à Poitiers. En attendant, il reste à régler pour les socialistes tourangeaux, le cas épineux du canton de Ballan-La Riche et celui de son dissident, Alain Michel et celui de Ste-Maure où il n’y pas de candidats pour l’instant. Réponses dans quelques jours…

A voir également notre interview de Frédéric Thomas, président sortant du Conseil Général

 

L’info en plus : Les candidats sur Tours 

Tours 1 (Tours Nord) :
Frédéric Thomas, Président du Conseil Général, 52 ans
Samira Oublal, Secrétaire technique, 49 ans

Tours 2 (Tours Ouest) :
Nicolas Gautreau, Conseiller Général, Professeur d’histoire, 46 ans
Fanny Siouville, Professeur dans un collège, 32 ans

Tours 3 (Tours Est) :
Dominique Lemoine, Ingénieur Physicien, 61 ans
Florence Zulian, Professeur de chant, 52 ans

Tours 4 (Tours Sud) :
Jean – Louis Dutrex, Radiologue, 59 ans
Nadia Hmoudi, commercial SNCF, 40 ans

Crédits photos : Arnaud Roy pour 37°

Print Friendly, PDF & Email