Politique

Élections départementales : La droite en bonne position après le premier tour

Les résultats du premier tour des élections départementales ont donné un net avantage à la droite en Touraine. Si la défaite du PS est moins grande qu’annoncée, il sera compliqué pour le parti à la rose de sauver sa majorité face à la dynamique de la droite tourangelle. Autre dynamique et pas des moindres, celle du FN. Si le parti d’extrême-droite ne qualifie pas de candidats à Tours pour le second tour, il a néanmoins réussi le tour de force de propulser plusieurs de ses candidats dans les cantons dits ruraux du département. Impensable il y a encore peu dans ce département qui ne lui est pas réputé favorable.

Dès 20h et les premiers résultats annoncés, les visages se sont crispés hier soir à l’hôtel du département, siège du Conseil Général : Chinon, Château-Renault, Langeais tombent les uns après les autres et les résultats se suivent : le FN est au second tour. A Langeais face au PS, ailleurs face à l’UMP-UDI. La majorité sortante est sortie dès le premier tour dans cinq cantons au profit du parti de Marine Le Pen y compris au sein d’anciens fiefs de gauche comme Château-Renault et Chinon.

Le FN des champs à la côte

C’est le premier constat de ce premier tour, le FN a fait le plein dans les zones rurales, le FN des champs est bien présent dans ces localités où le sentiment d’abandon est important. Dans 9 cantons, le Front National se qualifie pour le second tour (dont trois triangulaires), y compris dans l’agglomération. A Ballan-Miré les candidats frontistes se maintiennent au second tour, bien aidés par la dissidence socialiste d’Alain Michel. En effet, les deux candidatures socialistes récoltent à elles deux 39 % des voix mais respectivement 19,5 % pour le binôme officiel du PS et 18 % pour le dissident Alain Michel, loin derrière l’UMP (31,5%) mais aussi du FN (21%).

La droite en passe de remporter le département

Pour le reste, sans surprise la droite arrive en tête un peu partout, forte de son rassemblement dès le premier tour. La dynamique enclenchée depuis les élections municipales est toujours présente et bénéficiant du climat national, les candidats UMP-UDI sont en passe de reprendre le Conseil Général qu’ils avaient perdu en 2008.

Au PS on appelle à l’union de la gauche

Comment le PS peut-il sauver sa majorité au soir du second tour de ces départementales ? Cette question n’a pas fini de hanter les têtes des candidats socialistes dans la semaine qui vient. Le premier élément de réponse viendra sans aucun doute de sa capacité à rassembler et séduire un électorat de gauche désabusé et déçu.  Le deuxième bien plus politique, mais lié au premier, sera de réussir à convaincre les autres forces de gauche éliminées, d’appeler à voter pour lui. Hier soir les ténors socialistes locaux n’avaient ainsi qu’un mot à la bouche : l’union. Derrière lequel se cache évidemment un appel aux autres partis de gauche, FDG et EELV partis ensemble au premier tour au sein d’un Rassemblement Citoyen et Solidaire. Ces derniers malgré des scores plutôt flatteurs par rapport aux résultats nationaux, n’auront pas réussi à placer des candidats au second tour, les deux conseillers sortants Christophe Boulanger (EELV – Tours) et Martine Belnoue (PCF – Saint-Pierre-des-Corps) y compris.

Reste à savoir quelles consignes de vote vont donner les représentants de ce rassemblement ? Si légitimement, ils vont appeler à battre les candidats de droite et d’extrême-droite, rien n’était acté hier soir quant à un soutien officiel aux candidats socialistes.

Zoom sur Tours

Sur les 4 cantons tourangeaux, les électeurs auront le choix au second tour entre des traditionnels duels PS / UMP-UDI. Si les candidats de droite sont arrivés en tête sur tous les cantons, les résultats s’annoncent serrés, d’autant plus que le FN d’un côté et le rassemblement citoyen et solidaire ont malgré leurs éliminations fait de bons scores. Les reports de voix s’annoncent ainsi décisifs.

Retrouvez notre dossier spécial élections départementales

Print Friendly, PDF & Email