• CDNT
  • CDNT

Désinvox : A la rencontre du militantisme 2.0

Salon Hifi - Leclerc Amboise
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Tommy, Johann et Marc sont tous les trois militants de longue date, du temps de l’université, il y a une dizaine d’années pour les deux premiers, quelques années pour le dernier. Ils ont connu plusieurs organisations entre syndicats étudiants et partis politiques, avant de se retrouver tous trois au Parti de Gauche depuis 2012, puis sur la liste « C’est au Tour(s) du Peuple » pour les Municipales à Tours. Depuis le mois de mars ils œuvrent également, indépendamment de leurs organisations, sur Désinvox, une chaîne Youtube qu’ils ont créée pour « parler de politique autrement ».

Desinvox

Désinvox c’est une émission dans le pure esprit « Youtuber », un format court alliant sérieux et humour, des moyens limités mais beaucoup de volonté. Une idée qui date de l’été dernier expliquent les trois compères : « Notre inspiration vient directement de youtubers existants à commencer par Usul. C’est un format qui nous parle et on pense que l’on peut accrocher des jeunes. On pourrait très bien faire un truc d’une heure en mode conférence mais ça ferait chier beaucoup de monde et on ferait peu de vues ». Avec l’envie de renouveler les modèles de communication politique, ils souhaitent rendre la politique moins « gnangnan » : « De la même manière que dans les années 60 les milieux militants s’étaient posés la question de magazines dans lesquels on y parlait cinéma au milieu de politique pour plaire aux jeunes. C’est la même idée, le but est de créer de nouveaux modèles pour renouveler la parole militante ».

L’Extrême-droite : à la pointe sur Internet

Afin de favoriser cette double facette sérieuse et décalée, ils se sont ainsi tournés vers le format vidéo : « On s’est dit qu’il y avait un créneau pour le militantisme de gauche, surtout que l’extrême droite est en pointe par rapport à nous sur internet ». Un domaine auquel les militants politiques ont longtemps été réfractaires. Quand on aborde ce sujet, Marc évoque un attentisme des milieux militants envers cet objet mais aussi un manque de lucidité certainement causé par un fossé générationnel de la base militante. Un manque selon eux, parce que « l’extrême droite a investi internet depuis longtemps et y est à la pointe. Les vidéos de Soral ou Dieudonné y font des millions de vues et captent les jeunes » constatent-ils.

La distribution de tracts, les actions classiques militantes ne sont pas pour autant à mettre de côté selon eux, mais contrairement à certains de leurs proches, ils pensent que « les deux choses sont complémentaires. Il ne faut pas les opposer. On peut de nouveau intéresser les jeunes à la politique via internet, alors qu’on ne les capte plus par les voies traditionnelles ». Malgré tout, dans les organisations politiques, cette vision est encore loin d’être comprise et c’est ainsi indépendamment de toute structure qu’ils se sont lancés. Depuis, les retours sont plutôt positifs nous racontent-ils et les premières vidéos ont été vues plusieurs milliers de fois chacune.

« Si vous ne vous occupez pas de politique, c’est la politique qui s’occupera de vous »

Des vidéos à travers lesquelles les trois amis, accompagnés d’Eva taclent le Front National en reprenant point par point le programme du parti frontiste et essayent de le déconstruire : « On refuse de prendre les gens qui votent Front National pour des cons, beaucoup sont complètement paumés et pensent vraiment que le FN est une solution, mais c’est aussi parce que le FN a aujourd’hui un discours moins caricatural mais plus pervers. Notre but est de démonter ça mais en n’utilisant pas juste l’argument moral comme le fait depuis des années la gauche. Notre but c’est d’expliquer, en analysant leur programme en quoi ce serait catastrophique ». C’est en ça que Désinvox se démarque des initiatives militantes existantes, les auteurs n’ont pas peur d’aller sur le terrain du FN, tout en ne se contentant pas de postures militantes, au contraire ils surprennent même parfois par leur contenu qui ne tombe pas dans la critique facile.

« Si vous ne vous occupez pas de politique, c’est la politique qui s’occupera de vous ! » clament-ils dans leurs épisodes, un slogan qu’ils renouvellent lors de notre entretien en invitant les bonnes âmes à investir internet, à y produire des vidéos pour parler de choses sérieuses « pas forcément que de la politique, mais aussi de la philo, de l’histoire… bref produire du contenu intelligent et intéressant » nous dit Johann. « Ce n’est pas compliqué » ajoute Tommy,  » c’est beaucoup de débrouille, mais si on y arrive, tout le monde peut le faire ».

Pour l’heure, les trois camarades nous ont confié être en discussion avec d’autres « youtubers » comme Monsieur la Veritay ou le Stagirite, pour créer une plateforme commune dans laquelle chacun garderait sa spécificité.

Desinvox3

Le logo de Désinvox reprend le symbole des 3 flèches : « Il a été popularisé en Allemagne au tout début des années 30, par Sergei Tchakhotine, un psychologue russe qui a travaillé sur la manipulation des masses et sur la symbolique. Son idée était de créer un symbole, immédiatement identifiable et facile à reproduire, susceptible de contrer la symbolique accompagnant la propagande nazie. Les 3 flèches permettaient notamment de barrer la croix gammée ».

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !