Célébrations du patrimoine à Tours : entre tradition, religion et laïcité

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Les inaugurations ou célébrations autour du patrimoine ou de l’histoire locale à travers ses personnages emblématiques sont monnaie courante pour une municipalité comme Tours avec parfois des difficultés à prévoir, notamment quand cela touche le patrimoine religieux.

IMG_5574
La statue Saint-Gatien sera inaugurée samedi 19 octobre

Dernier exemple en date, l’annonce de l’inauguration de la nouvelle statue de Saint-Gatien, à l’emplacement supposé de son tombeau, à côté de l’église Notre-Dame-La-Riche. Pour cette inauguration nous avons reçu deux invitations de services différents de la mairie de Tours. Sur le premier, est indiqué : « 11h30 : Inauguration et bénédiction de la statue ». Sur le second, seul le terme « Inauguration » était maintenu. Nous avons contacté la mairie pour en savoir un peu plus.

Des limites parfois délicates entre dimension patrimoniale et religieuse

Jean-Luc Porhel, Conservateur en chef du Patrimoine au sein de la Direction des Archives et du Patrimoine de la Ville de Tours nous certifie que la première version n’était destinée qu’à quelques partenaires dont les autorités religieuses et n’avait pas un caractère officiel, mais seulement informatif sur le déroulement de la journée, avec les actions de la Municipalité ainsi que celles de la Paroisse. Ceci expliquant le terme religieux inséré dans le programme.

Joint au téléphone, Jean Breillat, chef de cabinet du maire de Tours assure que la mairie fait attention à ne pas privilégier une religion plus qu’une autre. « On a fait enlever le terme bénédiction du programme sur l’invitation officielle car cela pouvait heurter la sensibilité de certains et nous mettre en porte-à-faux avec le principe de laïcité. Il y aura bien une bénédiction dans le programme, mais elle est le fait des autorités religieuses ». On nous fait remarquer par ailleurs que l’évènement ne se résume pas qu’à cela, puisqu’il y aura des conférences par exemple autour de ce « personnage emblématique de la ville ». A la mairie on nous assure ainsi qu’il ne faut pas voir une connotation religieuse dans cet évènement mais plutôt une dimension patrimoniale.

On sent malgré tout dans les propos de nos interlocuteurs que les mots sont soigneusement pesés. Sur cette question épineuse qui touche à la laïcité républicaine, Jean Breillat reconnait que la limite dans ce genre d’évènements est souvent ténue, mais assure que la municipalité veille à ne pas être engagée dans des célébrations purement religieuses qui pourraient remettre en cause le principe de laïcité : « Comme pour Marie de l’Incarnation, nous faisons attention à ne pas tomber dans des considérations uniquement religieuses, mais pour autant ce sont des personnages qui sont liés à la ville de Tours, par conséquent c’est le rôle de la mairie de les célébrer également ».

« Des polémiques ridicules »

La communication récente autour du 375e anniversaire du départ de la Tourangelle Marie Guyart, dite Marie de l’Incarnation, pour le Canada est symptomatique de cette question. Comme révélé dans un article précédent, Christophe Bouchet, adjoint au rayonnement de la ville ainsi que Françoise Amiot, adjointe aux finances, étaient reçus pour l’occasion en délégation officielle au Vatican. Interrogé sur le sujet, Christophe Bouchet a immédiatement dit : « Il ne faut pas créer de polémiques ridicules ». L’élu nous explique que sa présence à Rome, y compris à la messe de canonisation était logique puisque l’on y célébrait « une tourangelle qui a marqué l’histoire dans son domaine« . Christophe Bouchet affirme ainsi que sa position aurait été la même pour toute tourangelle ou tourangeau ayant rayonné dans un quelconque domaine. Pour montrer l’indépendance de la mairie envers les différents cultes, ce dernier nous interpelle également sur le fait que pendant ce temps, certains reprochent à la ville de Tours, de financer le volet culturel de la Mosquée. « Certains cherchent les polémiques pour diviser la population, notre collectivité est façonnée également par les traditions, or à Tours la tradition catholique est très présente » précise-t-il.

Pour appuyer leurs propos et aussi d’une certaine manière pour anticiper les remarques, nos interlocuteurs s’appuient sur l’exemple de Saint-Martin, l’un des personnages les plus emblématiques de la ville et dont la ville célèbrera en 2016 le 1700e anniversaire de sa naissance, tout en faisant attention nous dit-on à garder un caractère historique en lien avec le passé de la ville.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Filbleu